"Nuit Debout" tente de se relancer en s'internationalisant

le , mis à jour à 18:40
1
NUIT DEBOUT JOUE LA CARTE DE L'INTERNATIONAL POUR TENTER DE SE RELANCER
NUIT DEBOUT JOUE LA CARTE DE L'INTERNATIONAL POUR TENTER DE SE RELANCER

PARIS (Reuters) - Le mouvement "Nuit Debout", lancé le 31 mars en France contre le projet de loi réformant le marché du travail mais en perte de vitesse dans l'opinion, selon des sondages, tente de se relancer en s'internationalisant.

Des centaines de personnes se sont retrouvées dimanche sur la place de la République à Paris, site emblématique du mouvement, qui a lancé un appel à occuper "les places publiques du monde entier" pour "s'exprimer et se réapproprier la politique".

Selon ses initiateurs, 130 villes étrangères dans 28 pays ont répondu à cet appel à une mobilisation "Global Debout" et des rassemblements étaient prévus dans 266 villes françaises.

A Paris, concerts et échanges avec d'autres rassemblements dans le monde devaient se succéder sur la place de la République, où les participants étaient entre 1.500 et 2.000 selon la police à 17h30 heure locale.

Ce dimanche coïncidait avec le cinquième anniversaire du mouvement espagnol des "indignés", né en 2011 à Madrid, et dont est partiellement issu Podemos, le parti anti-austérité devenu une force politique incontournable.

Selon un sondage Odoxa pour le Parisien, "Nuit Debout", dont l'aura a souffert de l'action de casseurs en marge de ses rassemblements, ne paraît pas en mesure de suivre la même voie.

Le mouvement a perdu 11 points d'avis favorables en un mois dans l'opinion française, très partagée à son sujet.

Sur 993 personnes interrogées les 12 et 13 mai, 49% disent le soutenir alors que 50% sont d'un avis contraire.

Une grande majorité de sondés (66%) ne croient pas qu'il puisse se transformer en parti politique comme Podemos et 70% ne croit pas à l'émergence d'un "Nuit Debout mondial".

(Emmanuel Jarry, édité par Marc Angrand)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • Pienegro il y a 7 mois

    Là où se trouve ces feneasses ça sent le pipi det la mauvaise biere.Ça va bien avec leur vetement de hippy et leurs cheveux graisseux en rastasGrosse erreur celle d'avoir enlever le service national, au moins pendant 1 an on t'enseignait à te la fermer devant l.autorité et on t.obligeait à prendre 2 douches par jour même si ce n'etait pas pour toi au moins tu le faisais pour les autres.