Nuit debout : Ruffin, l'empêcheur de rêver en rond

le
0
Francois Ruffin, fondateur-directeur de Fakir, réalisateur de Merci patron, s'inquiète de l'enlisement de la Nuit debout.
Francois Ruffin, fondateur-directeur de Fakir, réalisateur de Merci patron, s'inquiète de l'enlisement de la Nuit debout.

Ils étaient de retour sur la scène initiale du crime : la bande du journal satirico-social Fakir organisait mercredi 20 avril à la Bourse du travail de Paris, à deux pas de la place de la République, un meeting sur le thème : « Nuit debout, et après ? » Retour en arrière : il y a 3 semaines, à la suite du bon accueil réservé à son docu pamphlétaire et culotté, Merci patron !, Francois Ruffin, le directeur amiénois de Fakir, organisait dans ces mêmes murs une soirée à l'intitulé couperet, « Leur faire peur », consacrée à la meilleure façon de résister à « l'oligarchie » et faire converger les luttes éparses. Une fois retombée l'atmosphère de meeting exalté dans ce lieu de la gauche canal historique, les potes de Fakir, Francois, Joanna, Sylvain..., s'étaient retrouvés pour prendre un pot dans un café à deux pas. Comment faire pour ne pas laisser retomber la pression, s'interrogent les agitateurs ? C'est à cet instant que quelqu'un émit l'idée d'une occupation de place à l'issue de la manifestation contre la loi travail, prévue le 31 mars.

Le DAL (Droit au logement) fut contacté pour réserver l'esplanade de la République auprès de la préfecture. On chercha à baptiser cet « after » manifestant un peu inédit : Nuit rouge ? Trop dur, trop connoté. Ce sera Nuit debout... La suite est désormais connue. Ce mercredi 20 avril, ils sont de nouveau tous là, plus remontés que...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant