Nouvelles frappes aériennes russes en Syrie

le
6
DEUXIÈME JOUR DE FRAPPES AÉRIENNES RUSSES EN SYRIE
DEUXIÈME JOUR DE FRAPPES AÉRIENNES RUSSES EN SYRIE

par Linda Kelly, Andrew Osborn et Sylvia Westall

MOSCOU/BEYROUTH (Reuters) - La Russie a mené sa deuxième journée de frappes aériennes jeudi en Syrie en précisant qu'elle visait plusieurs organisations "terroristes" et pas seulement l'Etat islamique (EI), tandis que des sources libanaises annonçaient une offensive au sol des forces pro-gouvernementales syriennes et de leurs alliés.

Cette opération au sol, qui serait menée avec des forces iraniennes et celles du Hezbollah libanais, vise à récupérer les territoires perdus récemment par les troupes pro-Assad en particulier au profit de l'Armée de la conquête, qui regroupe plusieurs composantes de l'insurrection syrienne, dont le Front al Nosra (affilié à Al Qaïda).

Des centaines de soldats iraniens sont arrivés en Syrie il y a dix jours avec leurs armes pour se joindre à cette offensive, a-t-on précisé à Reuters.

Moscou avait d'abord présenté sa campagne aérienne comme visant en priorité l'EI, disant craindre que les membres russes et ex-soviétiques de l'organisation fondamentaliste sunnite ne finissent par s'en prendre à leurs pays d'origine s'il n'était pas mis fin à leur action en Syrie.

Mais, jeudi, après les doutes exprimés par les Etats-Unis et les rebelles sur le terrain sur les véritables cibles des frappes russes, le Kremlin a expliqué que ses frappes avaient une portée plus large et qu'elles visaient plusieurs groupes.

"Ces organisations (figurant sur la liste des cibles) sont bien connues et les objectifs sont choisis en coordination avec les forces armées de Syrie", a déclaré à la presse le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, alors qu'on lui demandait si l'Occident et la Russie avaient une définition différente de ce qui constitue un groupe terroriste.

Selon un bilan fourni par le ministère russe de la Défense, les Soukhoï-24M et 25 de l'aviation russe ont effectué huit sorties dans la nuit de mercredi à jeudi qui ont touché quatre objectifs liés à l'EI, tout en évitant les zones peuplées.

Un dépôt de munitions a notamment été touché près d'Idlib ainsi qu'un centre de commandement de l'EI près de Hama. Un site de chargement en explosifs des véhicules destinés aux attentats suicide a également été détruit au nord de Homs.

Or, l'EI, qui est surtout présent dans le nord et l'est de la Syrie, n'a pas de présence importante à Hama ni à Homs.

FRAPPES CONTRE DES REBELLES FORMÉS PAR LA CIA

Selon la chaîne de télévision libanaise Al Mayadine, favorable au régime syrien, les avions russes ont mené au moins 30 frappes, notamment contre la ville de Djisr al Choughour, tenue par les rebelles de l'Armée de la conquête dans le nord-ouest de la Syrie.

L'Armée de la conquête s'est emparée cette année de la ville d'Idlib, et par la suite de Djisr al Choughour, infligeant des revers de taille à Damas non loin des régions méditerranéennes de la Syrie, qui sont un bastion de Bachar al Assad.

Selon Al Mayadine, les frappes aériennes ont visé d'autres secteurs de la province d'Idlib, comme la zone montagneuse de Zaouiya, de même que certaines parties de la province d'Hama, plus au sud.

La chaîne de télévision Orient News, proche de l'opposition syrienne, a rapporté quant à elle que les avions russes avaient visé des positions des insurgés dans la province de Hama.

Selon Hassan Hadj Ali, chef du groupe rebelle Lioua Soukour al Djabal, une brigade de l'Armée syrienne libre (ASL) opérant dans les montagnes de Zaouiya, une vingtaine de missiles lâchés lors de deux sorties russes ont touché jeudi un camp d'entraînement de son groupe dans la province d'Idlib. Ce groupe a été entraîné par la CIA au Qatar et en Arabie saoudite.

Le sénateur américain John McCain a évoqué sur la chaîne de télévision CNN des frappes russes contre des recrues de l'Armée syrienne libre (ASL) qui avaient été "armées et entraînées" par la CIA.

Le soutien militaire de la Russie va amener un "grand changement" dans le cours du conflit syrien, notamment grâce à l'entrée en scène d'un matériel de surveillance de pointe, a-t-on déclaré jeudi de source gouvernementale syrienne.

Face à l'affirmation de la présence russe, des officiers russes et américains pourraient se rencontrer dès jeudi pour coordonner leurs opérations militaires en Syrie et éviter que des incidents se produisent lors de leurs bombardements respectifs, a déclaré mercredi le secrétaire d'Etat John Kerry.

De son côté, l'Arabie saoudite a demandé à la Russie de cesser "immédiatement" ses frappes aériennes en Syrie.

Bachar al Zoubi, le chef de l'Armée de Yarmouk, qui fait partie du groupe rebelle l'Armée syrienne libre (ASL) a estimé que les frappes russes allaient prolonger le conflit et demandé aux Etats arabes de fournir des armes antiaériennes aux insurgés.

(Avec Laila Bassam et Lisa Lambert; Eric Faye, Pierre Sérisier et Danielle Rouquié pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • ZvR le jeudi 1 oct 2015 à 17:01

    Si le peuple syrien ne soutenaient pas assad il y a longtemps qu'il serait tombé vu les moyens déployés contre lui. Et si le peuple syrie soutient assad, les actions menée par les occidentaux sans aucun mandat de l'onu vont être assez difficiles à justifier.......

  • aljice le jeudi 1 oct 2015 à 16:52

    lol et la cata pour le peuple Syrien ...

  • frenchto le jeudi 1 oct 2015 à 16:48

    Je sens que cette affaire va très mal finir !!!!!!

  • aerosp le jeudi 1 oct 2015 à 16:36

    Hollande a enfin laissé tomber et va s'occuper maintenant du chômage des jeunes

  • cmaignan le jeudi 1 oct 2015 à 16:31

    Arabie Saoudite , terre de démocratie , fidele allié des Etats unis

  • Berg690 le jeudi 1 oct 2015 à 16:27

    l'Arabie saoudite a demandé à la Russie de cesser "immédiatement" ses frappes aériennes en Syrie. ....un peu comme au Yemen ?