Nouveaux indices sur une possible chambre secrète de Néfertiti

le
0
NOUVEAUX INDICES SUR UNE POSSIBLE CHAMBRE SECRÈTE DE NÉFERTITI
NOUVEAUX INDICES SUR UNE POSSIBLE CHAMBRE SECRÈTE DE NÉFERTITI

LE CAIRE (Reuters) - De nouveaux éléments laissent penser qu'une chambre secrète, renfermant d'après certains le tombeau de la reine Néfertiti, se trouverait derrière la tombe du pharaon Toutankhamon, dans la Vallée des rois près de Louxor, a déclaré jeudi le ministre égyptien des Antiquités, Mamdouh al Damati.

Néfertiti, qui vécut au XIVe siècle avant notre ère et fut l'épouse du pharaon Akhenaton, lequel voulut imposer le monothéisme, serait la belle-mère de Toutankhamon. La confirmation de l'existence de sa tombe serait la plus remarquable découverte archéologique de ce siècle en Egypte.

Des analyses au radar sur le site en novembre dernier ont révélé la présence de deux espaces creux derrière deux murs de la chambre funéraire du pharaon, a déclaré Mamdouh al Damati. "Les analyses radar laissent penser qu'il y a différentes choses derrière les murs, différents matériaux qui pourraient être du métal, de la matière organique", a-t-il dit lors d'une conférence de presse.

En novembre, déjà, le ministre déclarait qu'il y avait 90% de chance qu'il y ait "quelque chose" derrière les parois de la chambre funéraire de Toutankhamon.

Une analyse plus détaillée sera effectuée à la fin mars par une équipe internationale de chercheurs, afin de confirmer si les espaces vides sont réellement des chambres secrètes. C'est seulement alors que l'on pourra envisager comment et quand une équipe pourra tenter de les atteindre. "Nous pouvons dire à plus de 90% que les chambres sont bien là. Mais je ne passerai à l'étape suivante que lorsque nous en serons certains à 100%", a continué le ministre.

Pour l'égyptologue Nicholas Reeves, qui mène les recherches, le mausolée de Toutankhamon était occupé à l'origine par Néfertiti, qui repose aujourd'hui, d'après lui, derrière un mur de séparation.

La découverte des restes de Néfertiti, immortalisée par un buste d'il y a 3.300 ans exposé aujourd'hui dans un musée berlinois, éclairerait d'un jour nouveau ce qui reste une période mystérieuse de l'histoire de l'Egypte ancienne.

"Cela peut être la découverte du siècle. C'est très important pour l'histoire de l'Egypte et du monde entier", estime Mamdouh al Damati.

(Amina Ismail, Eric Faye pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant