« Notre taille nous permet désormais de satisfaire tous les métiers de la gestion privée » (Amplegest)

le
0

Arnaud de Langautier, Président d'Amplegest.
Arnaud de Langautier, Président d'Amplegest.

Quels objectifs s’est fixé Amplegest pour 2016 ? L’offre de fonds est-elle vouée à s’étoffer ? Les réponses d’Arnaud de Langautier, Président d’Amplegest.

Amplegest gère actuellement neuf fonds. L’offre est-elle vouée à s’agrandir dans les années à venir, ou préférez-vous vous concentrer sur vos thématiques actuelles ?

Arnaud de Langautier : Nous couvrons actuellement l’ensemble des champs nécessaires pour une allocation de gestion privée. De ce fait nous n’envisageons pas d’augmenter notre offre dans un avenir proche.  Nous entendons nous concentrer sur nos points forts (Pricing Power, Midcaps et Long/Short) pour essayer d’offrir  encore plus de performance à nos souscripteurs.

En 2015, le fonds Amplegest PME a enregistré une progression de +39,9%. Comment s’explique cette performance ?

A. de L. : Tout d’abord le secteur des petites et moyennes valeurs a surperformé celui des grandes capitalisations. Mais c’est surtout la capacité du gérant de choisir des sociétés performantes, grâce à un travail d’analyse très précis et documenté, qui a fait la différence. Le gérant sélectionne des sociétés dont la croissance est autonome, indépendamment des cycles économiques un peu comme le font les fonds de private equity. Sa méthode a permis de dégager une surperformance importante.

Quels sont les éléments qui vous ont convaincus de racheter la société de gestion SGI Management en fin d’année dernière ?

A. de L. : Il est essentiel pour des sociétés de gestion comme la nôtre de profiter des bonnes années pour atteindre la taille critique, gage de sécurité et de solidité. Les occasions de croissance externe sont rares  et souvent peu intéressantes. Au contraire, SGI se révèle être très complémentaire d’Amplegest, avec une approche très patrimoniale,  alors que nous sommes plus spécialistes en gestion de portefeuilles. L’intérêt des deux maisons était de ce fait évident, avec comme socle commun une clientèle privée de qualité. D’ailleurs la fusion des équipes dans nos bureaux se passe très bien et l’accueil des clients est excellent. Nous sommes enchantés de cette opération.

En termes d’encours sous gestion, l’objectif d’Amplegest est de dépasser 1 milliard d’euros fin 2016, contre 900 millions d’euros fin 2015. La conjoncture troublée des marchés financiers ne risque-t-elle pas de contrecarrer l’atteinte de cet objectif annuel ?

A. de L. : Les marchés financiers sont bien sûr un élément important, dont dépendront en partie l’évolution de nos encours. Toutefois, nous avons des ambitions de collecte sur la gestion privée, et de vente de notre Asset Management à l’extérieur. L’addition de ces deux effets devrait nous permettre d’atteindre cette cible.

Deux métiers d’Amplegest, la gestion privée et le family office, sont des activités inspirées de la banque privée / banque d’investissement. La gestion de fortune pourrait-elle devenir l’activité principale d’Amplegest dans les années à venir ?

A. de L. : Le client privé est et restera l’ADN d’Amplegest (90% de nos actifs aujourd’hui). Toutes les activités qui s’articulent autour de cette réalité sont potentiellement prioritaires pour nous. Notre taille nous permet désormais d’envisager de satisfaire tous les métiers de la gestion privée. Notre  autre objectif dans les années à venir est de vendre notre AM vers l’extérieur, le socle de notre gestion privée nous donne une  pérennité pour atteindre cette ambition.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant