#NotJustANumber : un Londonien salue les victimes de Bagdad sur Twitter

le
0
Un homme se recueille à Bagdad après l'attentat qui a frappé le quartier commerçant de Karrada dans la nuit de samedi à dimanche. 
Un homme se recueille à Bagdad après l'attentat qui a frappé le quartier commerçant de Karrada dans la nuit de samedi à dimanche. 

Au lendemain de l'attentat du marché de Karrada, survenu à Bagdad dans la nuit de samedi à dimanche, la terrible loi de proximité a encore frappé : l'émoi médiatique contrastait nettement avec celui rencontré après les attaques de Paris, de Bruxelles ou d'Orlando. À titre d'exemple, le slogan « Je suis Bagdad » n'a jamais vu le jour sur les réseaux sociaux. La tour Eiffel et l'Empire State Building n'ont pas arboré les couleurs irakiennes. Pourtant, avec un total de 213 victimes, l'explosion du camion piégé de Daech n'est autre que la tuerie la plus meurtrière de l'année 2016.

À environ 4 000 kilomètres du bain de sang, un Londonien a souhaité remédier à cette inégalité de traitement. Résident de la capitale britannique depuis vingt ans, Mustafa al-Najafi, qui a perdu plusieurs proches à la suite de l'hécatombe du week-end dernier, a commencé à publier sur Twitter des mini-biographies des Irakiens morts dans l'indifférence des rédactions occidentales. De cette initiative est né un hashtag, #NotJustANumber (en français : plus qu'un nombre), en référence au bilan humain accablant.

Sur l'oiseau bleu, l'internaute fait défiler les visages dont il retrace, en 140 signes, les histoires. Amis de sa famille, amis d'amis, parfaits inconnus, hommes, femmes, enfants, grands-parents? Parce qu'aucune existence ne mérite, à ses yeux, de tomber dans l'oubli, Mustafa al-Najafi a collecté des morceaux de vies...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant