Nominations : les bonnes vieilles pratiques se perpétuent

le
1
Le débat sur les nominations par l'exécutif est régulièrement relancé. En vain.
Le débat sur les nominations par l'exécutif est régulièrement relancé. En vain.

Deux nominations récentes montrent qu'il n'y a rien de bien nouveau sous le soleil de la Ve République : les présidents tout-puissants continuent de récompenser leurs hommes-liges, sans frein ni contrôle. Cette semaine, les deux nominés sont :Isabelle Sima. À 45 ans, la chef de cabinet de François Hollande à l'Élysée vient d'être nommée préfet "avec mission de service public", c'est-à-dire sans affectation particulière. Une carrière inespérée pour cette diplômée d'un DESS de droit fiscal. La récompense couronne surtout sa fidélité sans faille, puisque Isabelle Sima a toujours été aux côtés de François Hollande : au milieu des années 1980, c'est chez ses parents que le député de la Corrèze loge. Elle l'accompagne dans son parcours corrézien, discrète mais omniprésente pour assurer la logistique, jusqu'à la campagne présidentielle. En mai 2012, Isabelle Sima devient chef adjointe du cabinet du président de la République. Elle remplace désormais Pierre Besnard, lui aussi nommé "préfet avec mission de service public" en janvier 2013. À l'époque, pour nommer Pierre Besnard dans cette catégorie contingentée, un décret avait évincé avant leur titularisation deux préfets nommés par... Nicolas Sarkozy. Sébastien Gros. À 34 ans, le chef de cabinet de Manuel Valls a bénéficié en février d'une nomination comme préfet hors cadre. Une pratique courante (Brice Hortefeux a été bombardé préfet par Nicolas...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M8252219 le jeudi 5 mar 2015 à 15:41

    Copains et coquins sur notre dos comme la ver/mine.