NKM : "S'il faut se taire", elle ne reste pas n° 2 des Républicains

le
1
Pour Nathalie Kosciusko-Morizet, pas question de sacrifier sa liberté de parole pour rester au sein de la direction des Républicains.
Pour Nathalie Kosciusko-Morizet, pas question de sacrifier sa liberté de parole pour rester au sein de la direction des Républicains.

D'après une information de France Info, le chef de file des Républicains Nicolas Sarkozy envisagerait de faire le ménage dans son équipe au lendemain des élections régionales de décembre prochain. NKM, Laurent Wauquiez, Christian Estrosi, Nadine Morano et Lydia Guirous seraient sur la sellette. Agacé notamment par la trop grande liberté de parole de Nathalie Kosciusko-Morizet, Nicolas Sarkozy compterait reprendre le contrôle de son équipe. Au micro d'Europe 1, la numéro deux des Républicains a immédiatement démenti et réagi : "Je fais mon travail aux Républicains dans les conditions qui sont celles de la loyauté à ma famille politique et de liberté totale de parole. Je vois dans la presse que ma liberté de parole poserait un problème. Je n'ose pas le croire quand je vois, dans le cadre de la primaire, tous ces messieurs qui mettent en avant leurs différences", a-t-elle répondu. Pour elle, il n'est d'ailleurs pas question de se taire : "Si je peux participer à construire l'avenir de ma famille politique, j'y suis. Si pour en être, il faut se taire, je n'y suis pas. Je n'imagine pas que ce qui est revendiqué par ces messieurs soit considéré comme un problème pour moi, ou alors il faut que l'on m'explique pourquoi", a-t-elle conclu en faisant allusion aux différents candidats aux primaires.

Après les régionales

Selon France Info, le sort de Laurent Wauquiez, numéro trois du parti, dépendrait quant à lui du résultat des...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • bernm le mardi 29 sept 2015 à 11:23

    Ou comment faire croire qu'elle va partir alors qu'elle va se faire lourder.