Nicolas Sarkozy, tu veux ou tu veux pas ?

le
1
La démission forcée de Jean-François Copé a obligé Nicolas Sarkozy à revoir son calendrier puisqu'une nouvelle élection du président de l'UMP est prévue fin novembre.
La démission forcée de Jean-François Copé a obligé Nicolas Sarkozy à revoir son calendrier puisqu'une nouvelle élection du président de l'UMP est prévue fin novembre.

"De quelle vie ai-je envie pour les huit prochaines années ? Profiter de ma nouvelle vie et voir grandir Giulia chaque jour ? Ou bien prendre l'UMP et repartir à l'Élysée ?" Nicolas Sarkozy confie ses tergiversations à ses nombreux amis ou visiteurs qui se succèdent dans sa tanière parisienne, rue de Miromesnil. Il tranchera la question de son retour en politique d'ici à la fin de l'été, et son choix sera définitif. Mercredi, l'ancien chef de l'État a répété que sa décision n'était "pas prise" devant les membres de l'association de l'Union des jeunes pour le progrès qui lui ont remis le prix de l'Appel du 18 juin au Palais-Bourbon. "La première qualité pour s'engager en politique, c'est d'être passionné. On s'engage passionnément ou pas du tout, à mille pour cent ou pas du tout, avec le coeur et les tripes. Ce n'est pas une question de calcul, la politique, mais de passion", a-t-il affirmé. Passion et tergiversationsTout est là. La passion, justement, l'a-t-il encore pour la politique ? Est-il prêt à sacrifier ses journées, ses soirées, ses nuits pour prendre de nouveau les commandes du pays ? Nicolas Sarkozy n'en est pas certain. "L'ambition, il l'a eue. Il a déjà été président de la République. Aujourd'hui, s'il se pose la question de revenir vraiment en politique, c'est parce qu'il est heureux de profiter de sa nouvelle vie et surtout de sa famille", explique l'un de ses visiteurs. L'ancien chef de l'État se...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M4189758 le jeudi 26 juin 2014 à 14:44

    JPi - La vraie question à sacrifier ses journées, ses soirées et ses nuits oui mais pourquoi ? Même pas capable de supprimer les 35h, mais capable d'augmenter la dette de la France de 600.000.000.000 d'euros en 5 ans seulement. Un retour mais pourquoi faire ? Etre la première raison de faire gagner le FN ?