Nicolas Sarkozy accorde un sursis à une Nadine Morano inflexible

le
17
LES RÉPUBLICAINS DOIVENT TRANCHER MERCREDI SUR LE SORT DE NADINE MORANO
LES RÉPUBLICAINS DOIVENT TRANCHER MERCREDI SUR LE SORT DE NADINE MORANO

PARIS (Reuters) - Nadine Morano, condamnée par Nicolas Sarkozy pour avoir parlé de la France comme d'un pays "de race blanche", devrait selon toute vraisemblance être évincée mercredi de la campagne des Républicains pour les élections régionales, une sanction qui ne fait pas l'unanimité au sein de la formation d'opposition.

L'élue européenne, qui dénonce "une cabale politique et médiatique" pour "une évidence de bon sens", a refusé mardi de présenter les excuses réclamées par le président de LR lors d'une réunion houleuse du bureau politique, où Jean-François Copé, ex-président de l'UMP, a pris sa défense, ont rapporté des participants.

Nicolas Sarkozy a donné jusqu'à mercredi à l'élue pour retirer ses propos dans une lettre, a-t-on précisé.

Mais l'inflexibilité de l'ancienne ministre, qui répète ne pas avoir commis de faute, risque de sceller son sort.

Mercredi après-midi, la Commission nationale d'investiture (CNI) du parti devrait lui retirer la tête de liste en Meurthe-et-Moselle pour les élections régionales des 6 et 13 décembre.

Nadine Morano, qui est vice-présidente de la CNI, a annoncé sur France 2 qu'elle serait mercredi à Strasbourg pour les interventions d'Angela Merkel et François Hollande devant le Parlement européen.

"J'ai dit 'La France est un pays de race blanche', je n'ai pas dit 'Les Français sont de race blanche'. Je sais que la communauté nationale est composée de tous ses habitants, quelle que soit leur couleur de peau, leur origine, leur histoire, leur croyance ou leur non croyance d'ailleurs", a-t-elle plaidé.

"L'affaire Morano", embarrassante pour Nicolas Sarkozy, qui se prévaut d'avoir ramené l'unité au sein du parti d'opposition, est loin d'être close: des élus dénoncent en privé un "acharnement" contre ce bon soldat de la Sarkozie et s'inquiètent des effets de sa mise à l'écart sur un électorat prompt à défendre "Nadine".

"C'EST STUPIDE, FAUX ET GÊNANT"

L'ancienne ministre assure avoir reçu des "milliers" de messages de soutien, messages qui parviendraient également au siège des Républicains.

Outre l'ancien Premier ministre François Fillon, qui s'est refusé à participer à un "procès en sorcellerie", Jean-Pierre Raffarin, autre ancien Premier ministre, a affirmé mardi sur Europe 1 qu'il n'était pas "un coupeur de têtes".

"La question pour les élections est de savoir si, oui ou non, Nadine Morano accepte la charte des Républicains, notre ligne politique", a-t-il ajouté.

Lors de la réunion du groupe Les Républicains à l'Assemblée, mardi matin, Nicolas Sarkozy a de nouveau étrillé celle qui fut parmi les plus zélés de ses soutiens.

"La France n'est pas une race. Le dire, ce n'est pas une opinion, c'est une bêtise", a-t-il dit aux députés, selon un participant. "C'est stupide, faux et gênant."

Nadine Morano, qui juge avoir été traitée de façon "indigne" lors du retour en politique de Nicolas Sarkozy en septembre 2014, a réaffirmé mardi sa loyauté à l'ancien président, dont l'entourage convient qu'il "ne supporte plus" l'élue.

"Je fais partie de ceux qui ne lui ont jamais manqué, dans les moments les plus durs où il était cloué au pilori. Après, il fera ce qu'il voudra", a-t-elle dit sur France 2, des propos réitérés en bureau politique.

Un cadre du parti souligne que Nicolas Sarkozy n'avait guère le choix, les centristes de l'UDI et du MoDem ayant menacé de faire exploser la liste de rassemblement dans le Grand Est.

(Sophie Louet avec Emile Picy, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • j.ghest le mercredi 7 oct 2015 à 11:07

    Je plains vraiment Sarko, qui est complètement paumé et a perdu toute crédulité. Il court après l'opinion médiatique alors qu'il devrait plutôt se concentrer sur ce que souhaitent réellement une grande majorité de Français: boulot et sécurité, le reste n'est que blablabla qui ne nous intéresse plus.

  • nero51 le mercredi 7 oct 2015 à 11:04

    Sarkosy n'est qu'un imposteur.il se dit gaulliste mais a réintégrer la France dans l'otan ,alors même qu'il avait vendu 2 bateaux a la Russie.il a attaqué la Libye afin de protéger les dangereux islamistes de Benghazi,il est revenu sur son bouclier fiscal a 50% des revenus en fin de mandat,il a aggravé la dette de 600 milliards d'euros,l'immigration n'a cessé d'augmenter,le chômage aussi,etc,etc.....

  • dotcom1 le mercredi 7 oct 2015 à 10:51

    Je vous parie qu'elle va bafouiller une vague excuse et que Sarko lui accordera l'investiture. Le coup de pub aura très bien fonctionné.

  • Resko74 le mercredi 7 oct 2015 à 10:32

    Ce que je trouve grave, c'est l'élimination de la liberté d'expression dans ce pays.Si il n'y a que Sarko qui a le droit de décider ce que les autres doivent dire.Pourquoi ne pas supprimer toute cette classe politique ... Nous sommes dans une particratie et non une démocratie ! C'est grave !!!

  • pcostepl le mercredi 7 oct 2015 à 10:03

    Morano n est plus à " l'école "!!!! ^pour rediger une colle!!!

  • pcostepl le mercredi 7 oct 2015 à 10:02

    Sarko tu te trompes de cible !!!!!alors que Morano dit tout haut ce que le monde inquiet de l avenir de LA FRANCE pense !!!! ton election est foutue!

  • a.nottr1 le mercredi 7 oct 2015 à 09:33

    Dictature ou démocratie !!!!

  • frenchto le mercredi 7 oct 2015 à 09:05

    quelle tristesse cette classe politique. Je croyais que nos problèmes c'était: le chômage, les déficits, la sécurité. Ben non en fait les vrais problèmes c'est des stupidités que même des poivrots dans le bistrot du coin ne diraient pas !!

  • ceriz le mercredi 7 oct 2015 à 08:50

    jamais plus l'ayatollah : nicolas ! les primaires ne t'éliront jamais!!!!!!

  • dupon666 le mercredi 7 oct 2015 à 07:21

    il me semble qu'elle n'a fait que reprendre les termes de de Gaulle.....et sarko se disait gaulliste?