NDDL : un référendum pour sortir de la crise ?

le , mis à jour le
0
Les électeurs de Loire-Altlantique s'apprêtent à se prononcer sur ce projet qui empoisonne la vie publique de la région depuis près de 50 ans.  
Les électeurs de Loire-Altlantique s'apprêtent à se prononcer sur ce projet qui empoisonne la vie publique de la région depuis près de 50 ans.  

C'est une consultation inédite qui va se dérouler dimanche 26 juin pour les quelque 968 000 électeurs de Loire-Atlantique qui vont devoir se prononcer sur le projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes. Alors que les opposants, emmenés par deux associations, avaient tout tenté pour faire interdire ce référendum local, le Conseil d'État a validé, lundi 20 juin, sa tenue. Les détracteurs estimaient que la question posée aux habitants arrivait beaucoup trop tardivement au vu de l'avancement du projet de transfert de l'actuel aéroport nantais, biaisant ainsi l'issue du référendum. Une requête retoquée par l'institution qui a estimé que la question posée n'était « pas ambiguë ».

Une consultation populaire qui ne devrait pourtant pas mettre si facilement un terme à cinquante ans de polémique, récemment revenue sur le devant de la scène médiatique avec les heurts fréquent entre militants de la ZAD (zone d'aménagement différé) et les forces de l'ordre. Si les observateurs prédisent une participation faible en raison d'une absence de campagne officielle et la lassitude des habitants, des récents sondages donnent les pro-aéroport largement majoritaires lors de cette consultation.

Un référendum à simple valeur d'avis

C'est sur un projet d'aéroport à deux pistes, déclaré d'utilité publique en 2008, que les électeurs locaux sont invités à se prononcer, en répondant à la...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant