Napoléon-Wellington : la revanche de Waterloo se joue dans la City

le
0
Quand, deux siècles après Waterloo, les descendants de Napoléon et Wellington sont concurrents à la City...
Quand, deux siècles après Waterloo, les descendants de Napoléon et Wellington sont concurrents à la City...

Jean-Christophe Napoléon Bonaparte est un jeune financier français de la City bien valeureux. Pensez ! Sur les rives de la Tamise, l?arrière-arrière-arrière-petit neveu de Napoléon 1er, âgé de 28 ans, est confronté à une armée de concurrents tonitruants prêts à tout pour lui faire mordre la poussière. Et au premier rang des adversaires de cet ancien analyste de Morgan Stanley moulé à HEC figure, ça ne s'invente pas, un descendant du duc de Wellington, le vainqueur de Waterloo.

Des traders rivaux

À l?occasion de la commémoration, ce jeudi 18 juin, de la célèbre bataille, la presse britannique n?a pas manqué de mettre en exergue l?antagonisme entre le chef de la maison impériale de France et Arthur Mornington, 37 ans, marquis de Douro et héritier du neuvième duc de Wellington. « Les descendants des deux illustres ennemis sont des traders rivaux », souligne le tabloïd Daily Mail tandis que le Financial Times affirme à la une : « Napoléon et Wellington s?affrontent à nouveau alors que leurs descendants dressent les plans de bataille du capital-investissement. » Car le Français et le Britannique exercent la même activité dans la City : le « private equity ». Ce métier consiste à collecter de l?argent auprès des investisseurs institutionnels comme les fonds de pension pour prendre des parts au capital d?entreprises souvent en difficulté. Après avoir été remises sur pied, ces dernières...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant