Musulmans de France : l'imam a-t-il encore un rôle à jouer ?

le
0
À la Grande Mosquée de Paris, les musulmans appelent tous à prêcher un discours de paix, quitte à le rabâcher aux jeunes qui dérivent vers le radicalisme.  
À la Grande Mosquée de Paris, les musulmans appelent tous à prêcher un discours de paix, quitte à le rabâcher aux jeunes qui dérivent vers le radicalisme.  

Même si le rassemblement pour dire non « au terrorisme » et à « l'amalgame » a été annulé, il y avait du monde ce midi à la Grande Mosquée de Paris. Une semaine après les attentats de Paris, la prière de ce vendredi 20 novembre est un moment spécial. Le Conseil français du culte musulman (CFCM) a diffusé auprès des quelque 2 500 mosquées de France un « texte solennel » condamnant « sans ambiguïté » toute « forme de violence ou de terrorisme ».

Aux abords de la Grande Mosquée de Paris, dans le 5e arrondissement, des barrages filtrants de la police contrôlent sous une pluie battante les fidèles et les journalistes. Dans la file d'attente, le discours est unanime : « Nous attendons que notre imam prêche un message de paix. » « Pour la communauté, l'imam est un symbole, ajoute un jeune lycéen, casquette sur la tête, tout juste sorti des cours. On lui fait confiance. Il doit aujourd'hui nous pousser à nous réunir, contre ceux qui souhaitent nous diviser. » Plus loin, une femme précise : « C'est tous les jours que les musulmans appellent à la paix et à l'amour. Pas seulement aujourd'hui ! Il ne faut pas croire ! Nous, les musulmans, on ne ferait pas de mal à une mouche ! »

Imam responsable ?

« La différence aujourd'hui, nuance un père de famille, c'est peut-être qu'il va falloir davantage le répéter, le rabâcher..., pour les jeunes qui sont perturbés et qui glissent vers le radicalisme. »...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant