MSF : "Que les policiers protègent les migrants au lieu de les violenter"

le , mis à jour le
1
Des violences ont été signalées à l'organisation Médecins sans frontières depuis le mois de novembre. 
Des violences ont été signalées à l'organisation Médecins sans frontières depuis le mois de novembre. 

« Les policiers harcèlent les migrants en leur confisquant leurs couvertures, utilisant parfois des gaz lacrymogènes pour les disperser, allant jusqu'à leur interdire de s'asseoir dans la file d'attente du centre humanitaire de la Chapelle où ils attendent une place d'hébergement. » C'est ainsi que débute le communiqué de Médecins sans frontières, publié samedi sur son site internet. Le comportement des policiers parisiens envers les migrants est la cible de la colère de l'organisation. Un comportement dangereux pour la vie des réfugiés, constate Médecins sans frontières, qui a dû faire face à des cas de personnes proches de l'hypothermie. Les pouvoirs publics sont aussi mis en cause, accusés de ne pas faire le nécessaire pour fournir un hébergement à tous les migrants, compte tenu des températures extérieures de plus en plus basses.

« Sport national »

Des accusations balayées par le ministre de l'Intérieur Bruno Le Roux au Grand Jury RTL-LCI-Le Figaro : « Il faut arrêter ce sport national de mise en cause des policiers. » Selon lui, les policiers ne faisaient que mettre à l'abri des personnes vulnérables. Contactée par Le Point.fr, la préfecture de police de Paris n'a pas souhaité s'exprimer sur le sujet et renvoie vers la déclaration du ministre.

Laquelle n'a pas convaincu Samuel Hanryon, de Médecins sans frontières, qui y voit « une réponse politique ». « MSF a...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • kurki le samedi 9 mai 2015 à 17:07

    Le Président a eu tout à fait raison. Elle n'aurait même pas dû être admise voilée au tribunal, lieu public par excellence.