Mort de Rémi Fraisse : la "bavure" connue depuis le début ?

le
10
Mort de Rémi Fraisse : la bavure connue depuis le début ?
Mort de Rémi Fraisse : la bavure connue depuis le début ?

C'est une information qui pourrait jeter de l'huile sur le feu dans l'affaire du barrage de Sivens. Selon les informations de Mediapart, les autorités auraient connu les circonstances douteuses de la mort de Rémi Fraisse, et ce, dès que celle-ci est survenue. Les journalistes contredisent ainsi les déclarations évasives de Matignon et de l'Intérieur pendant les cinq jours ayant suivi le drame dans la nuit du 25 au 26 octobre dernier. Selon nos confrères, des gendarmes présents sur les lieux auraient immédiatement informé le préfet, le procureur et le ministère de la Justice qu'il s'agissait d'une grenade, "tirée vers le haut par le chef J.". Ce dernier aurait tout de suite "tenté d'expliquer son geste". Un "choix personnel" selon lui, consécutif à l'"intensité des incidents de cette nuit-là", a indiqué une source policière à Mediapart."Armes de guerre"Selon le règlement en vigueur concernant le type de grenades offensives utilisées par les gendarmes lors des manifestations de Sivens et depuis interdites, celles-ci - "des armes de guerre pouvant provoquer des blessures fatales" - doivent être exclusivement "jetées à terre", et non en hauteur comme ce fut vraisemblablement le cas le 26 octobre.Il y a donc lieu de se demander si le gouvernement n'a pas, à dessein, brouillé les pistes pour minimiser la responsabilité des gendarmes dans le drame. Le ministère de l'Intérieur a en effet attendu le 31 octobre pour indiquer que la piste de...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M1300741 le samedi 8 nov 2014 à 11:17

    Rémi ,un manifestant non violent ? que faisait il au milieu des violents ? pourquoi était il au contact , si proche des gendarmes ?

  • jyth01 le samedi 8 nov 2014 à 10:47

    Ety combien de manifestants en garde à vue pour avoir attaqué les forces de l'ordre avec des armes offensives (coktails) ?

  • jyth01 le samedi 8 nov 2014 à 10:46

    Il y a une chose importante: y avait-il des manifestants (masqués ou non) avec des coktails Molotov lancés sur la police? Si oui,l'état ne peut accepter que sa police n'intervienne pas avecles moyens ad-hoc.

  • birmon le samedi 8 nov 2014 à 10:30

    D'accord avec Silva mais la société française protège les délinquants et déteste les forces de l'ordre. On pourrait même se demander si elle ne préfèrerais pas s' en passer...

  • serge537 le samedi 8 nov 2014 à 10:26

    tu manifeste tu prend des risques tu assume point ,

  • birmon le samedi 8 nov 2014 à 10:26

    On voit à travers ce fait divers que tous les moyens sont bons pour affaiblir un État mis à mal par la nullité du président en exercice.

  • janaliz le samedi 8 nov 2014 à 10:01

    Je rappelle humblement aux paysans en herbe que le maïs est cultivé en France depuis des siècles... Et que c'était un met réservé aux volailles, entre autres... C'est la raison pour laquelle le pop corn je vous le laisse, et la salade de maïs, aussi... comme Félicie...

  • jmmerle le samedi 8 nov 2014 à 09:48

    On sait que les grenades offensives sont mortelles depuis le début. Depuis le début, ce qui est frappant, c'est la lâcheté des pouvoirs publics (celle du Premier ministre en tête), l'anachronisme de ce barrage (le maïs est une plante qui demande trop d'eau et qui convient aux climats tropicaux), et l'absence de démocratie des Conseils généraux ou régionaux. Un lobby rencontre un président de Conseil, qui fait sa proposition devant tous, et tous approuvent le lobby.

  • rcresus le vendredi 7 nov 2014 à 22:18

    le point ,média qui sert la soupe et le désert à Sarkozy! plus fort que des juges d'instruction. ils sont pour la justice expéditive

  • patr.fav le vendredi 7 nov 2014 à 21:47

    si il y a bavure donc démission de cazeneuve !!!!!!!