Mort de Castro : Kouchner, itinéraire d'un castriste désillusionné

le , mis à jour le
1
Bernard Kouchner sur le plateau de l'émission L'heure de vérité sur France 2 en 1991.
Bernard Kouchner sur le plateau de l'émission L'heure de vérité sur France 2 en 1991.

Les nombreuses réactions de par le monde à la mort de Fidel Castro, décédé vendredi à l'âge de 90 ans, attestent que le dirigeant cubain n'aura laissé personne indifférent. Surtout pas Bernard Kouchner, ancien ministre des Affaires étrangères, qui témoigne ce 27 novembre dans le Journal du dimanche de sa rencontre avec le Lider Maximo lorsqu'il était jeune journaliste.

En juillet 1964, le futur ministre a 25 ans. Kouchner arrive à La Havane avec les jeunesses étudiantes communistes françaises, auxquelles il appartient. « Nous étions jeunes, plus démocratiques et sentimentaux que communistes », se justifie-t-il aujourd'hui. « Nous étions séduits par la victoire de ce géant », se souvient-il. Cinq ans auparavant, Fidel Castro avait libéré Cuba de la dictature militaire du général Batista, arrivé au pouvoir par un coup d'État en 1952, et qui avait notamment suspendu la Constitution, rétabli la peine de mort et interdit le droit de grève. Castro, le libérateur du peuple opprimé : le mythe est en marche.

LIRE aussi Quand Fidel Castro fascinait Saint-Germain-des-Prés

« Je n'étais pas dupe »

Le jeune Bernard Kouchner s'est donné pour défi de parvenir à interviewer El Comandante pour le magazine Clarté au cours de son séjour. Il y parvient par l'intermédiaire d'Evelyne Pisier, jeune...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M4841131 il y a 6 mois

    très permissif à l'argent sale, il devrait se faire oublier