Montebourg, Sapin, Rebsamen, les Pieds nickelés de François Hollande

le
0
Michel Sapin, Arnaud Montebourg et François Rebsamen se distinguent par leurs déclarations sommaires à l'intention des entreprises.
Michel Sapin, Arnaud Montebourg et François Rebsamen se distinguent par leurs déclarations sommaires à l'intention des entreprises.

Arnaud Montebourg, on savait déjà : à lui tout seul, comme un grand, il est arrivé à donner une image négative de la France dans le monde et auprès des investisseurs étrangers avec ses casseroles nommées Goodyear, Peugeot et SFR, sans compter le dossier Alstom et son décret anti-OPA, qui, en plus de représenter un abus de pouvoir économique, porte atteinte au droit de propriété des entreprises. Avec son antiaméricanisme d'école primaire, il vient encore de se mettre à dos les États-Unis, auxquels il reproche maintenant d'avoir "condamné à mort" BNP Paribas en voulant lui infliger une amende de 10 milliards de dollars. Passons... Michel Sapin, on s'en doutait. Maintenant, on sait. En l'espace de quelques jours, il vient de montrer ses oeillères et son mauvais caractère. D'abord en jetant à la poubelle, sur un coup de tête, un projet de circulaire sur les "holdings animatrices" qui se négociait depuis un an entre avocats fiscalistes, organisations patronales et services fiscaux. Un vrai problème pour les entreprises totalement démunies face aux inspecteurs des impôts qui, dans ce genre d'affaires, sont à la fois juge et partie. Un bazooka contre les entrepreneurs Le ministre, ayant trouvé anormale l'attitude critique de certains patrons pendant les négociations, a décidé de jeter le bébé avec l'eau du bain : "Les réactions ont fait apparaître des craintes, a-t-il déclaré le 5 mai dernier. Je suis pour qu'on lève toutes les...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant