Montebourg, combien de divisions ?

le
0
Arnaud Montebourg au sommet du mont Beuvray, en 2011. C'était avant la primaire socialiste où, arrivé 3e, il avait préféré se rallier à Hollande plutôt qu'à Martine Aubry.
Arnaud Montebourg au sommet du mont Beuvray, en 2011. C'était avant la primaire socialiste où, arrivé 3e, il avait préféré se rallier à Hollande plutôt qu'à Martine Aubry.

Carte postale ou « poster », selon un proche... Peu importe : au mont Beuvray, qui vit naguère s'unir les tribus gauloises contre Jules César, l'ancien ministre de l'Économie Arnaud Montebourg entend exposer longuement sa vision pour la France, dans ce qui semble un pas de plus vers la présidentielle de 2017. L'ascension du mont, qui culmine à 821 mètres, commencera à 11 h 30. Dans son périple, il ne sera pas seul. À la mi-journée, dans le magnifique paysage des collines du Morvan, prendront successivement la parole le député de Saône-et-Loire Philippe Baumel, celui de la Nièvre Christian Paul, chef de file des frondeurs, avant l'ancien ministre reconverti en « entrepreneur ». Un symbole parfaitement assumé par les frondeurs.

Arnaud Montebourg doit prononcer un discours d'une demi-heure sur ses thèmes de prédilection : la VIe République, les paradis fiscaux, le made in France, la réorientation de la construction européenne. Mais aussi des sujets plus régaliens : défense, sécurité, laïcité ou immigration. Il a lancé lui-même l'invitation sur Twitter mardi dans des termes sans ambiguïté : « Lundi 16 mai, je vous invite à l'ascension du mont Beuvray. Nous y préparerons ensemble l'avenir. »

Préparer l'avenir, oui, mais sans précipitation. Sauf énorme surprise, le trublion du socialisme ne devrait pas ? encore ? déclarer sa candidature pour 2017. Le 8 mai, sur...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant