Molenbeek s'embrase sept mois après les attentats de Paris

le
1
La violence continue à Molenbeek. 
La violence continue à Molenbeek. 

Dans la nuit de vendredi à samedi, aux alentours de 0 h 15, les pompiers répondent à l'appel : une voiture a été incendiée avenue de Roovere. Stationné devant le commissariat, il s'agissait d'un véhicule banalisé. Quelques heures plus tôt, vers 19 heures, une autre voiture de police avait été incendiée rue des Quatre-Vents. Un suspect grièvement blessé aux mains a été emmené pour audition par la police, rapporte ce samedi Le Soir.

Deux incidents qui reflètent la tension qui règne encore dans la commune de Molenbeek, rendue tristement célèbre par les terroristes présumés qu'elle a accueillis. On se rappelle de la polémique née après Le Petit Journal qui décrivait Molenbeek sous un jour très favorable.

Lire notre article : "Le Petit Journal" pratique-t-il la désinformation ?

Salah Abdeslam, le suspect clé des attentats de Paris, s'y est radicalisé et y a été arrêté. C'est là qu'il a rencontré, alors qu'il n'était qu'un adolescent, Mohamed Abrini, « l'homme au chapeau », soupçonné d'avoir joué un rôle majeur dans les attentats meurtriers du 13 novembre.

Un syndrome propre à la commune

Les tensions (communautaires, sociales?) font partie intégrante de la vie des habitants de Molenbeek...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • bsdm il y a 9 mois

    Le communautarisme est une triste réalité que certains voudraient nier mais ils habitent place des Vosges !!