Mille chambres de bonnes vont être remises à neuf à Paris

le
3

La mairie de Paris veut contraindre les propriétaires de chambres de bonnes à les réaménager ou faire des travaux. Les modalités du plan d’Hidalgo seront présentées au Conseil de Paris début novembre.

Elles seraient plus de 114.000 et sont souvent inoccupées (85% des cas) ou insalubres. Qui sont-elles? Réponse: les chambres de bonnes. À la recherche de nouveaux logements, la mairie de Paris envisage de «transformer 1000 chambres de bonnes d’ici 2020», annonce Ian Brossat, adjointe d’Anne Hidalgo, en charge du Logement, confirmant une information du Parisien -Aujourd’hui-en-France .

Le plan, dont les modalités seront soumises lors de la prochaine séance du Conseil de Paris début novembre, prévoit d’inciter les propriétaires à regrouper des chambres et faire des travaux. Ainsi, quatre cents autres seront achetées par la mairie soit à l’amiable (200 chambres) soit par expropriation (200). Une fois, les travaux faits, elles seront cédées à un bailleur social. Pour ce faire, la Soquera, société de requalification des quartiers anciens, aura à sa disposition un budget de dix millions d’euros.

Aucun budget n’a encore été arrêté

Par ailleurs, près de 500 chambres appartenant aux bailleurs sociaux de la Ville seront transformées en HLM de type F3 (cuisine, salle à manger, deux chambres à coucher). Enfin, une centaine de chambres seront réaménagées par les propriétaires eux-mêmes moyennant une aide financière via le dispositif Multiloc’. En contrepartie d’une subvention de plus de 14.000 euros, les propriétaires devront s’engager à pratiquer des loyers modérés, de 20% inférieurs au niveau du marché. Pour la transformation de ces quelques 600 chambres, aucun budget n’a encore été arrêté. «Nous ne savons pas encore précisément combien de foyers sont concernés par ces deux opérations», affirme-t-on à la Mairie de Paris.

Pour traquer l’insalubrité, des opérations «coup de poing» vont être organisées pour obliger les propriétaires à reloger leurs locataires dans des appartements de plus de 9 m², comme le prévoit la loi. L’an prochain, la Ville de Paris prévoit même d’envoyer 25 jeunes en service civique pour mieux informer les locataires sur leurs droits. Comme le révélait en août dernier Le Figaro , plus de 23.000 ménages vivent, en France, dans un logement de moins de 9m², dont 7000 à Paris. Ces micro-appartements représentent plus de la moitié (51%) de l’ensemble des chambres de bonnes de la capitale, selon une étude de l’Atelier parisien d’urbanisme. Elles représentent un loyer mensuel de 35 euros par m² en moyenne, sont occupées à 37% par des personnes âgées de 35 à 59 ans et enfin sont situées dans le XVIe (près de 30% des chambres de bonnes parisiennes).

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • sibile il y a 10 mois

    "le plan prévoit d’inciter les propriétaires à regrouper des chambres et faire des travaux." ....=> parce qui'ils croient que si c'était faisable, les propriétaires n'y auraient pas déjà pensé tout seuls ?

  • d.e.s.t. il y a 10 mois

    Sympa pour ensuite les attribuer à des migrants? Mme Hidalgo poursuit son délire!

  • sibile il y a 10 mois

    "La mairie de Paris veut CONTRAINDRE les propriétaires de chambres de bonnes à les réaménager ou faire des travaux." => on pressent tout de suite que cette judicieuse initiative va avoir un grand avenir