Migrants : "Je me demande ce qui arrive à l'humanité"

le
0
Le naufrage a fait au moins 37 victimes, surtout des femmes et des enfants.
Le naufrage a fait au moins 37 victimes, surtout des femmes et des enfants.

Ozan Köse est un photographe de l'Agence France-Presse. Dans un billet publié sur le remarquable blog de l'agence, il raconte son travail, samedi, lorsqu'il a pris en photo les corps de ces migrants qui ont fait naufrage à Canakkale, en Turquie, dans la nuit de vendredi à samedi.

"Le bébé est le premier corps que je vois lorsque j'arrive sur la plage. Il doit avoir 9 ou 10 mois. Il porte des vêtements chauds et un bonnet. Une tétine orange est attachée à son pull. Près de lui flotte un enfant de 8 ou 9 ans. À côté d'eux une femme. Peut-être leur mère."

Ozan Köse est turc. Il a couvert "des émeutes et des attentats". Il a "déjà vu des morts. Mais ceux-là sont les pires", écrit plus loin le journaliste.

"Sur le moment, je ne ressens rien"

Comment fait-on pour shooter le corps d'un bébé mort sur une plage glaciale ? Sous le titre "Et si ce bébé était le mien", Ozan Kose raconte : "J'ai pris quelques photos. J'ai marché le long de la plage. J'ai vu le corps d'un autre enfant sur un rocher. Plus tard, j'aurai des cauchemars. Je serai incapable de parler pendant plusieurs heures. Mais sur le moment, pour être honnête, je ne ressens rien. Les policiers turcs ramassent les corps (?).  Personne ne s'est encore occupé du bébé mort. J'y retourne et je reste là, à peu près une heure, en silence. J'ai un petit garçon de 5 mois et une fille de 8 ans. Je me demande ce que je ferais si...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant