Migrants en Europe : le plan B de Matteo Renzi

le
1
La France a fermé sa frontière avec l'Italie. Une décision qui contrevient aux règles en vigueur dans l'espace Schengen, accuse Matteo Renzi. 
La France a fermé sa frontière avec l'Italie. Une décision qui contrevient aux règles en vigueur dans l'espace Schengen, accuse Matteo Renzi. 

La tension croît entre Rome et Paris à la suite du déploiement de CRS à Menton pour empêcher les immigrés demandeurs d?asile d?entrer dans l?Hexagone. L?Italie accuse la France d?avoir, de fait, suspendu l?espace Schengen.

Le blocage de la frontière française arrive à un moment critique pour la péninsule. Depuis le début de l?année, 57 000 immigrés ont débarqué en Sicile. La plupart d?entre eux prennent immédiatement la route de l?Europe du Nord. Mais, invoquant la tenue du G7 en Bavière, l?Allemagne a suspendu l?espace Schengen (suspension qui prend fin le 15 juin) pendant trois semaines et bloqué l?arrivée des sans-papiers. En revanche, l?Autriche pousse en Italie les demandeurs d?asile arrivés par la route des Balkans au lieu de les retenir sur son territoire jusqu?à l?examen de leur situation comme le voudraient les accords de Dublin. Avec la fermeture de la France, la nasse se referme complètement. Les centres d?accueil transalpins débordent et le flot de migrants se concentre dans des campements de fortune organisés dans les gares de Milan, de Rome ou d'Udine.

Un permis de séjour provisoire

Face à cette situation de crise dénoncée par l?opposition, Matteo Renzi accuse l?Europe de se défausser du problème de l?immigration africaine sur l?Italie et menace l?instauration unilatérale d?un plan B. Ce plan prévoit l?octroi immédiat de permis de séjour provisoires aux...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M333452 le lundi 15 juin 2015 à 15:22

    Quoi qu'on fasse, ils arriveront à passer, et ce n'est qu'une première vague de celles qui vont arriver sous diverses formes dans les années qui viennent. C'est un problème qu'il sera très difficile à régler sans violence et qui risque bien de chambouler nos sociétés européennes.