Meurtre d'Agnès : l'affaire revient en appel

le
0
Sous la couverture, Matthieu, meurtrier présumé d'Agnès Marin.
Sous la couverture, Matthieu, meurtrier présumé d'Agnès Marin.

Lundi à 14 heures s'ouvrira à Riom (Puy-de-Dôme) le procès en appel de Matthieu, le meurtrier d'Agnès Marin, aujourd'hui âgé de 20 ans. La cour d'assises pour mineurs de Haute-Loire l'avait condamné le 28 juin 2013 à la réclusion criminelle à perpétuité, allant au-delà des réquisitions de l'avocate générale, qui avait réclamé une peine de trente ans. Pour la deuxième fois seulement dans les annales des assises en France, un mineur écopait de la peine maximale, après Patrick Dils en 1989. La défense de Matthieu n'avait donc pas grand-chose à perdre en faisant appel de cette décision, venue punir un crime d'une rare violence. Malgré son très jeune âge, l'accusé a été reconnu coupable du viol et du meurtre d'Agnès, en novembre 2011, au Chambon-sur-Lignon (Haute-Loire) et du viol de Julie*, dans le Gard, en août 2010. Me Szpiner, avocat de la famille d'Agnès, avait alors évoqué "un verdict exceptionnel où l'excuse de minorité a été rejetée pour cet accusé terriblement effrayant, avec l'absence de toute empathie pour ses victimes". Pour la famille d'Agnès, ce procès en appel s'annonce comme une nouvelle épreuve. "C'est extrêmement difficile pour nous tous, confie avec une dignité exemplaire Armel Marin, le grand-père d'Agnès. Pour nous, il est évident que cet assassin épouvantable doit rester le plus longtemps possible en prison. Il ne faut faire aucune littérature !"Personnalité ultra dangereuse La peine très lourde...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant