Marseille : un règlement de comptes sanglant dans les quartiers nord

le
0
Les deux hommes ont été tués à l'arme automatique dans leur voiture sur un parking de La Consolat, une cité du 15e arrondissement de Marseille. Une jeune fille de 14 ans a été blessée dans la fusillade.
Les deux hommes ont été tués à l'arme automatique dans leur voiture sur un parking de La Consolat, une cité du 15e arrondissement de Marseille. Une jeune fille de 14 ans a été blessée dans la fusillade.

Deux hommes ont été tués par des tirs de kalachnikov et une jeune fille de 14 ans a été grièvement blessée, dans la nuit de vendredi à samedi, dans une cité des quartiers nord de Marseille. Les deux hommes, Badis A., né le 27 janvier 1994, et Yanis L., né le 4 juin 1992, ont été tués par une rafale d'arme automatique, probablement une kalachnikov. Les tireurs ont blessé une jeune fille qui vient de fêter ses 14 ans. Les faits se sont produits sur le parking de la cité Consolat, dans le 15e arrondissement de Marseille.

L'une des deux victimes décédées est membre de la famille Tir. Une famille qui a régulièrement fait parler d'elle depuis 2011, et le meurtre de Saïd Tir, 60 ans, présenté comme le patriarche. En cause, la rivalité qui opposerait deux clans des quartiers nord, les Tir et les Remadnia. Les statistiques policières comptaient récemment 22 assassinats ou tentatives d'assassinat liés à cette rivalité. "C'est quantitativement le plus gros conflit à Marseille actuellement", avait déclaré Éric Arella, le patron de la PJ à Marseille, lors d'une conférence de presse début juin qui s'était tenue à l'occasion d'un énième fait entre les deux familles.

Néanmoins, les deux lignées ne comptent pas que des personnages liés aux stupéfiants et à la violence. La famille Tir est également largement impliquée dans le tissu associatif, voire politique au service de la collectivité. De même que...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant