Marseille : l'homme fort des Verts toujours en garde à vue

le
1
Karim Zéribi est soupçonné d'avoir utilisé des fonds du conseil général, destinés à des associations qu'il avait créées, pour son profit politique personnel.
Karim Zéribi est soupçonné d'avoir utilisé des fonds du conseil général, destinés à des associations qu'il avait créées, pour son profit politique personnel.

Soupçonné d'abus de confiance, l'homme fort des Verts à Marseille doit notamment répondre de l'utilisation de subventions du conseil régional aux associations qu'il avait créées, censées promouvoir la diversité. Statutairement, Karim Zéribi ne dirigeait plus les organisations qu'il avait fondées. Néanmoins, il est suspecté d'avoir utilisé les fonds publics dans ses différentes campagnes politiques pour sa promotion personnelle.Les interrogations de la brigade financière portent principalement sur les liens avec une association créée par Karim Zéribi, Agir pour la compétence et le recrutement (également siglée APC), sorte de cabinet de placement associatif censé pallier les insuffisances des ANPE et des agences d'intérim en direction des populations des quartiers populaires.Une première mise en examenUne information judiciaire avait été ouverte le 4 juin 2014 contre l'association Agir pour la citoyenneté (APC), créée aussi par Zéribi. Le juge d'instruction avait déjà mis en examen le président de l'association pour abus de confiance et recel et celui-ci avait été placé sous contrôle judiciaire. Le Point avait révélé la saisie par la justice des archives concernant APC au conseil général des Bouches-du-Rhône présidé par Jean-Noël Guérini.Karim Zéribi est aujourd'hui conseiller municipal et communautaire EELV. Il avait fait alliance dès le premier tour avec Patrick Mennucci, le challenger socialiste de Jean-Claude...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • ppetitj le vendredi 10 avr 2015 à 14:23

    2 bonnes têtes d'honnêtes hommes de la politique...MDR