Marseille, banlieues : "Qu'avons-nous raté ?"

le
3
La cité des Lauriers dans le 13e arrondissement de Marseille. Ces derniers temps, les coups de filet de la police se sont multipliés. Des actions qui ont pu paradoxalement favoriser les règlements de comptes.
La cité des Lauriers dans le 13e arrondissement de Marseille. Ces derniers temps, les coups de filet de la police se sont multipliés. Des actions qui ont pu paradoxalement favoriser les règlements de comptes.

Après la mort de trois jeunes, dont deux mineurs à Marseille, et alors que le gouvernement se réunit aux Mureaux au chevet des banlieues, les éditorialistes reviennent sur les maux de ces quartiers où fleurissent les trafics et règne la violence. Pour souligner les échecs des gouvernements successifs. Tandis que certains soulignent le lien paradoxal entre la multiplication de ces règlements de comptes avec les résultats de la police, d'autres au contraire dénoncent le « laisser-faire » qui s'est installé.

Yves Thréard (Le Figaro) : « Trois individus, dont deux adolescents, ont été tués ce week-end dans les quartiers nord de Marseille. (...) Échec scolaire, chômage, délinquance : à ce cocktail explosif s'est ajoutée la montée de l'islamisme et du communautarisme, favorisée par une immigration mal contrôlée. N'en déplaise aux beaux esprits. Cette réalité, tout le monde la connaît, y compris François Hollande, qui multiplie, ces jours-ci, les visites en banlieue. Et, pourtant, le déni continue. Il ne suffit pas d'injecter des milliards d'euros et d'échafauder régulièrement de nouveaux plans - ce que fera encore le gouvernement ce lundi - pour acheter la paix sociale. Gabegie et démagogie ont bien plus sûrement favorisé la surenchère des revendications. Il n'y a pas de fatalité du ghetto. Il n'y a que de mauvaises politiques. Et celles conduites par la gauche sur ce terrain, depuis François Mitterrand...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M2734309 le lundi 26 oct 2015 à 10:42

    C'est quoi le problème ?, ça fait 3 trafiquants en moins ! Et le fait qu'il y ai 2 mineurs ne change rien, ils sont aussi sinon plus dangereux !

  • M1765517 le lundi 26 oct 2015 à 10:13

    les seuls leitmotiv qui reviennent toujours ce sont égalitarisme, idéologisme, communautarisme, DROITS, pas de devoir me semble t il, démocratie, république etc etc etc ............ Que du vent pour durer !

  • am013 le lundi 26 oct 2015 à 08:06

    C'est pourtant simple à comprendre....on cherche depuis des décennies à intégrer des gens ayant une religion et des habitudes de vie incompatibles avec l'histoire de France...cela donne des générations non intégrées et qui se réfugient dans le traffic et le hors normes...il n'y a rien à faire si ce n'est de les arrêter et arrêter l'immigration de ce type....mais cest mal parti puisque l'on fait tout le contraire