Marine Le Pen : le scénario de la monnaie commune est-il crédible ?

le , mis à jour le
0
Marine Le Pen livre un discours à Hénin-Beaumont, le 23 avril, après être arrivée au second tour de l'élection présidentielle. 
Marine Le Pen livre un discours à Hénin-Beaumont, le 23 avril, après être arrivée au second tour de l'élection présidentielle. 

Comment rassurer les électeurs à l'approche du second tour de l'élection présidentielle ? Marine Le Pen a trouvé la solution : en faisant passer son projet de sortie de l'euro au second plan. La ficelle est énorme : dans sa nouvelle profession de foi, la candidate du FN ne fait même pas mention du retour au franc. Tout juste explique-t-elle vouloir « rétablir les Français dans leurs droits légitimes en recouvrant notre souveraineté nationale par la remise à plat des traités européens ».

Marine Le Pen a-t-elle pour autant vraiment changé d'avis ? Pas le moins du monde. La candidate continue de promettre le retour de la monnaie nationale dans le portefeuille des Français après des négociations avec les partenaires européens. Négociations qui prendront nécessairement du temps. L'article 50 prévoit jusqu'à deux ans de discussions pour sortir de l'Union européenne. La mise en avant d'une « monnaie commune » qui cohabiterait avec le franc, interprétée comme un infléchissement de sa position, n'a en revanche rien de vraiment nouveau. Cela fait plusieurs mois que Marine Le Pen évoque cette possibilité. « Il est possible d'envisager pour les entreprises, ce qui a existé par le passé, qui était l'ECU, ce qu'on appelle une monnaie commune. C'est un peu compliqué, ça ne touche pas les 60 millions de Français, ça touche exclusivement les États ou les grandes entreprises », déclarait-elle par exemple, sur Europe 1,...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant