"Marine Le Pen a pris le leadership de l'extrême droite en Europe"

le
0
Marine Le Pen en conférence de presse au quartier général du FN à Nanterre, le 24 juin 2016.  
Marine Le Pen en conférence de presse au quartier général du FN à Nanterre, le 24 juin 2016.  

Si Marine Le Pen a intensifié son positionnement souverainiste, cela ne l'empêche pas de nouer des alliances avec d'autres partis d'extrême droite en Europe et même d'avoir créé un groupe politique au Parlement européen. Quel rôle la présidente du FN joue-t-elle dans ce jeu d'alliance ? Le FN a-t-il des partenaires infréquentables ? Ces partis alliés ont-ils des stratégies politiques similaires ? Spécialiste des droites extrêmes, auteur de Lettres aux Français qui croient que cinq ans d'extrême droite remettraient la France debout (éditions Les Échappés), Nicolas Lebourg répond à ces questions pour Le Point.fr. L'historien vient de publier, ce lundi 10 octobre, une note pour la Fondation Jean Jaurès en partenariat avec la délégation socialiste française au Parlement européen sur les alliés du Front national au sein de l'Union européenne. Entretien.Le Point.fr : Marine Le Pen s'est réjouie du référendum hongrois sur les migrants. En Europe, le FN met-il le cap à l'est ?

Nicolas Lebourg : C'est vrai que leur modèle est très tourné vers l'est. On peut le voir à la façon dont au Parlement européen les membres du groupe Europe des nations et des libertés (ENL) votent systématiquement contre les mesures anti-russes. L'orientation à l'est fait partie d'un ensemble de traits communs que le FN partage avec ses alliés européens au Parlement de Strasbourg,...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant