Manuel Valls soutient le référendum du "peuple de gauche"

le
3
MANUEL VALLS SOUTIENT LE RÉFÉRENDUM DE GAUCHE DE CAMBADÉLIS
MANUEL VALLS SOUTIENT LE RÉFÉRENDUM DE GAUCHE DE CAMBADÉLIS

PARIS (Reuters) - Le Premier ministre, Manuel Valls, a apporté lundi son soutien au référendum du "peuple de gauche" sur l'union des listes aux élections régionales que veut organiser le PS, initiative très critiquée par les autres formations de gauche.

Le premier secrétaire du PS, Jean-Christophe Cambadélis, a proposé cette consultation au moment où le PS voit ses habituels alliés locaux présenter des listes autonomes voire d'union avec le Parti de Gauche, alors que la droite et le Front national semblent en passe de lui ravir de nombreuses régions.

L'initiative n'a pas reçu d'écho positif d'Europe Ecologie-Les Verts dont la secrétaire nationale, Emmanuelle Cosse, l'a qualifiée de "démonstration de panique", et a aussi été fustigée par certains élus socialistes.

Manuel Valls, qui s'exprimait à l'issue d'une réunion à huis clos du groupe PS de l'Assemblée, a dit "faire confiance au talent d'organisateur" de Jean-Christophe Cambadélis en vue de ce référendum qui aura lieu du 16 au 18 octobre.

Il a salué le fait de vouloir rassembler la gauche en vue des élections régionales des 6 et 13 décembre, notamment au lendemain de la défaite de 33 voix des socialistes à la municipale partielle de Noisy-le-Grand, en banlieue parisienne, du fait du maintien d'une liste Front de gauche au second tour.

"C'est dire au fond notre volonté d'imposer l'union", a estimé le Premier ministre, qui a dit avoir été informé de cette initiative quelques jours avant son annonce samedi.

"J'irai voter", a-t-il ajouté. "Je suis un militant engagé (...) C'est bien cette initiative qui permet à chacun de prendre ses responsabilités."

Le président du groupe PS de l'Assemblée, Bruno Le Roux, a lui aussi apporté son soutien à cette initiative : "Quand on a affaire à un certain nombre de responsables politiques qui veulent faire perdre la gauche, il ne faut jamais hésiter à aller voir l'électorat et à demander ce qu'il souhaite."

"C'est l'incapacité à nous rassembler qui nous fait perdre", a ajouté le "patron" des députés socialistes.

(Emile Picy, édité par Grégory Blachier)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M4484897 le mardi 22 sept 2015 à 09:32

    le peuple de gauche? tout au plus une communauté et pas majoritaire qui plus est!

  • D.CHAFFA le lundi 21 sept 2015 à 21:09

    Malgré toutes illusions, la gauche est obsolète, heureusement pour la France. Dégagez, merci.

  • aiki41 le lundi 21 sept 2015 à 21:00

    Bof !