Manuel Valls, "le bodyguard"

le
0
Manuel Valls, Premier ministre.
Manuel Valls, Premier ministre.

Manuel Valls. Ce nom que François Hollande a lancé en riposte à la claque. Dimanche 30 mars, la gauche encaisse une défaite magistrale aux municipales. Avec près de 160 villes perdues, il faut que le président livre un coupable. Ce sera le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault. "C'était intenable de ne pas changer", analyse après coup celui qui le remplace dès le 31 mars. Manuel Valls, ou l'histoire improbable d'un député-maire (Évry) isolé dans son parti, devenu le patron d'un gouvernement "de combat". Chef d'une majorité qui, il y a trois ans à peine, n'aurait pas parié un centime sur ce scénario-là. Depuis 2011 et sa candidature à la primaire présidentielle, cet élève des écoles Rocard-Jospin-DSK a tracé un chemin presque sans fautes, qui a poussé François Hollande à lui livrer une simple feuille de route : "Il a nommé Valls pour qu'il fasse du Valls", dixit l'entourage du président. Une formule qui pousse à se demander : "Qu'est-ce que le vallsisme ?" À 51 ans, Manuel Valls est à Matignon depuis deux mois... Deux mois qui livrent quelques pistes, surprenantes. Valls, homme de "la synthèse" ! Catalogué à droite du PS, ex-ministre de l'Intérieur revendiquant la fermeté, crispant la majorité en polémiquant sur les Roms après l'avoir braquée dans l'opposition en voulant déverrouiller les 35 heures, Manuel Valls est en quête d'apaisement, de consensus... "de synthèse", lâche même le député de Paris Christophe...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant