Manuel Valls : "À l'offensive !"

le
1
Manuel Valls, agacé par les propos d'Arnaud Montebourg, est chargé de former un nouveau gouvernement.
Manuel Valls, agacé par les propos d'Arnaud Montebourg, est chargé de former un nouveau gouvernement.

Avec un sens certain de l'opportunisme, Arnaud Montebourg s'est démasqué pour de bon : depuis deux ans qu'il distille sa "différence" à coup de petites phrases, il cherchait le moment de ramasser la mise. Les circonstances de cette rentrée étaient propices : l'économie française est en panne, le président Hollande démonétisé, et Manuel Valls dévisse dans les sondages. En outre, le Conseil constitutionnel, en censurant une disposition concédée aux frondeurs, a remis en scelle cette frange séditieuse du PS qui avait perdu la bataille parlementaire. Montebourg jouait un double jeu depuis des mois : sur le devant de la scène, il enfilait avec brio le costume du ministre de l'Économie, converti au productivisme, se voulant ainsi le champion des capitaines d'industrie tricolores ; en coulisses, le ministre jouait les comploteurs, alliés des frondeurs dont il entretenait la flamme en les poussant à ne pas mollir...Ni Manuel Valls ni François Hollande n'étaient dupes. Ils connaissent trop bien le bel Arnaud... Mais, tant que le ministre de l'Économie donnait l'apparence de la loyauté, ils laissaient faire, préférant un Montebourg entravé dans les mailles de la solidarité gouvernementale qu'un Montebourg chef de la rébellion. Ce temps est révolu. Dès la semaine dernière, par deux fois, Manuel Valls s'est agacé des raisonnements alternatifs de son ministre de l'Économie. D'abord, lors d'une réunion en petit comité à l'Élysée, mardi. Puis, le...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M8252219 le lundi 25 aout 2014 à 12:00

    Être ou ne pas être responsable de la France ce n'est pas d'appliquer ses propres idées, c'est faire en sorte que la France aille mieux:L'EXEMPLE DOIT VENIR D'EN HAUT.réduction de moitié du nombre des députés,plafonnement de toutes leurs rémunérations et avantages et retraites à 5 fois le SMIG. Suppression du sénat.Suppression de tous les régimes et statuts spéciaux.retour aux 40h hebdomadaire pour TOUS;la retraite à 65 ans pour TOUS; 3 js de délai de carence en arrêt maladie pour TOUS