Manifestation à Rennes : "Ces violences répondent à la violence de l'État"

le , mis à jour le
2
À Rennes, les forces de l?ordre ont déployé les grands moyens pour contenir les manifestants, samedi 14 mai 2016.
À Rennes, les forces de l?ordre ont déployé les grands moyens pour contenir les manifestants, samedi 14 mai 2016.

Ils étaient là malgré tout. Bravant l'interdiction des autorités qui avaient mis en garde contre une manifestation « à hauts risques », entre 400 et 500 personnes se sont rassemblées samedi après-midi dans le centre de Rennes « contre les violences policières ». Les forces de l'ordre avaient de leur côté déployé les grands moyens, avec environ 500 hommes, des canons à eau et un hélicoptère pour cerner l'esplanade Charles-de-Gaulle, où les manifestants se sont réunis. Objectif : les empêcher de gagner le centre historique où ont eu lieu dans la nuit de vendredi à samedi, d'importantes dégradations. Samedi, peu avant 17 heures, les forces de l'ordre ont effectivement réussi à empêcher quelque 700 manifestants de défiler.

« Ces violences répondent à la violence de l'État, à la précarité, à l'usage de l'article 49.3 pour faire passer la loi travail, à quoi s'ajoutent les violences policières », justifie Hugo Poidevin, membre de l'union des étudiants communistes. Un enseignant venu de Lannion a de son côté dénoncé une « classe politique déconnectée des réalités quotidiennes et un gouvernement qui s'est fait élire à gauche pour mener une politique de droite ».

Un oeil perdu

Parmi les manifestants, qui ont tenté de forcer les barrages de police installés à chaque accès de l'esplanade Charles-de-Gaulle et ont été repoussés par des tirs de grenades...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M8252219 le dimanche 15 mai 2016 à 12:13

    La démocratie se fait par le vote et pas dans la rue, ceux qui n'ont pas votés pour Hollande le supporterons jusqu'à la fin de sont mandat.

  • M8252219 le dimanche 15 mai 2016 à 10:26

    Il n'est pas compréhensible d'appliquer la théorie Gôchiste "des droits de l'homme " car très peu d'individus sont pas capable de comprendre les devoirs qu'impliquent ces droits. La preuve tous les jours dans la rue.