Man Haron Monis, loup solitaire ou détraqué ?

le
1
Man Haron Monis, identifié par la police australienne comme le preneur d'otages de Sidney.
Man Haron Monis, identifié par la police australienne comme le preneur d'otages de Sidney.

Fine barbe noire, grandes lunettes rondes, et turban blanc, Man Haron Monis ressemble à s'y méprendre aux ayatollahs qui dirigeant la République islamique d'Iran depuis 35 ans. D'autant que ce "cheikh" autoproclamé est né en Iran en 1964 sous le nom de Mohammad Hassan Manteghi. Mais ses liens avec son pays d'origine s'arrêtent là. En effet, en agissant au nom de l'organisation État islamique (EI), à laquelle il avait prêté allégeance il y a un mois, l'auteur de la sanglante prise d'otages de Sydney a soutenu les ennemis jurés de la théocratie iranienne.

Réfugié en Australie en 1996, l'Iranien chiite se convertit à l'islam sunnite. "J'étais un rafidhi (hérétique), mais plus maintenant", expliquait-il sur son site internet. Avant d'ajouter : "Maintenant je suis un musulman." Sur les quelques images furtives diffusées par la télévision australienne, le réfugié iranien a troqué son turban blanc contre un bandeau noir et une fine barbe blanche. Preuve de sa radicalisation, il a forcé certains de ses 17 otages à tendre sur la vitre du Lindt Chocolat Cafe un drapeau noir portant des caractères arabes mentionnant la "shahada" (profession de foi musulmane) : "Il n'y a de Dieu qu'Allah et Mahomet est son prophète".

"Loup solitaire"

D'après les médias australiens, le preneur d'otages aurait exigé qu'on lui apporte un drapeau de l'organisation État islamique, mais également de rencontrer le Premier ministre australien Tony Abbott, un...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • raich2 le mardi 16 déc 2014 à 13:23

    Le gouvernement australien aura des comptes à rendre, il est responsable d'avoir laisser en liberté un individu sanguinaire qui n'avait qu'un seul but.Nous avons eu le même scénario en France et notre ministre de la justice n'a toujours pas compris ni pris en compte le danger que représente ces animaux en liberté.