Malgré les couacs, la patronne de la sécurité de François Hollande est promue

le
1
François Hollande en pleine discussion avec la patronne de son service de sécurité, Sophie Hatt.
François Hollande en pleine discussion avec la patronne de son service de sécurité, Sophie Hatt.

En dépit de bourdes multiples, la commissaire divisionnaire Sophie Hatt, chef du Groupe de sécurité de la présidence de la République (GSPR) depuis 2012, est devenue contrôleuse générale, au sommet de la hiérarchie. Dans la haute hiérarchie policière ou judiciaire, il est de coutume, lorsqu'on désire libérer un poste stratégique, de promouvoir son titulaire, quels que soient ses états de service. Sophie Hatt n'échappe pas à la tradition. La décision a été prise le 22 décembre et le décret, publié au Journal officiel, le 24 décembre, veille de Noël.

"Par décret du président de la République en date du 22 décembre 2014, Mme Sophie Hatt, commissaire divisionnaire, cheffe du Groupe de sécurité de la présidence de la République au service de la protection à Paris, est nommée contrôleuse générale des services actifs de la police nationale", peut-on lire.

De nombreux couacs

Les couacs dans la sécurité du président depuis 2012 ont pourtant été anormalement nombreux. En 2013, François Hollande se rend au Mali, pays en guerre. Avant la visite du président, le GSPR envoie en repérage un fonctionnaire revenant de dépression et interdit de port d'armes. Un choix qui aurait pu être dangereux. Tout comme "l'oubli" d'armes de poing et de munitions du GSPR à l'Élysée alors que le président décollait pour Rio.

Last but not least, un paparazzi de Closer avait pu shooter le président rue du Cirque à une dizaine...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • a.lauver le mercredi 21 jan 2015 à 10:42

    Rien de choquant, il a bien envoyé Harlem Désir et Pierre Moscovici à des postes Européens... :o)