Mais que se sont-dit Nicolas Sarkozy et Pierre Gattaz ?

le
1
Alors qu'un froid polaire règne entre le Medef et le gouvernement, Nicolas Sarkozy a rencontré Pierre Gattaz ce vendredi (image d'illustration).
Alors qu'un froid polaire règne entre le Medef et le gouvernement, Nicolas Sarkozy a rencontré Pierre Gattaz ce vendredi (image d'illustration).

Alors qu'un froid polaire règne entre le Medef et le gouvernement, Nicolas Sarkozy a rencontré Pierre Gattaz ce vendredi en présence de son conseiller Luc Chatel et de la nouvelle vice-présidente de l'UMP NKM, indique Le Monde.Au cours d'un déjeuner au siège du syndicat, le nouveau président de l'UMP et celui du Medef auraient échangé sur la nouvelle loi "croissance et activité" du ministre de l'Économie Emmanuel Macron, présentée mercredi en conseil des ministres.Aucune information n'a filtré quant à la teneur précise de leur échange, et les deux hommes - qui partagent un certain nombre de points de vue sur la fiscalité dont la suppression de l'ISF -, n'ont pas souhaité commenter ce rendez-vous informel. Bras de ferCe déjeuner s'inscrit dans un contexte plus que tendu entre les patrons des patrons et le gouvernement. Alors que mi-novembre, le Medef, la CGPME et l'organisation représentative des artisans et commerçants de proximité (UPA) lançaient un large mouvement de protestation en France pour dénoncer une économie "brisée par trente années d'une politique qui a étouffé les entreprises par les charges et les sanctions", des échanges musclés par déclarations interposées se sont accumulés entre Pierre Gattaz, Matignon et Bercy.Emmanuel Macron avait notamment en partie imputé l'échec du pacte de responsabilité au syndicat patronal, tandis que Manuel Valls s'est à plusieurs reprises montré irrité par l'attitude de Pierre...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M8252219 le samedi 13 déc 2014 à 16:06

    C'est changer la structure de l'économie français qui doit être mis en place,TVA SOCIALE, TOUS bénéficient,TOUS participent au financement,pas les seuls salariés et les entreprises réduire de moitié le nombre des parlementaires,plafonner et fiscaliser tous leurs revenus et avantages,supprimer le sénat et les régimes spéciaux,réduire de moitié le nombre des fonctionnaires,39hs pour TOUS,3jrs de carence en arrêt maladie pour TOUS,la retraite à 65 ans pour TOUS.