"Ma compagne, mon bourreau" : le calvaire d'un homme battu

le
0
Maxime Gaget raconte sa vie d'homme battu dans Ma compagne, mon bourreau.
Maxime Gaget raconte sa vie d'homme battu dans Ma compagne, mon bourreau.

Torturé, humilié, séquestré, battu. Maxime Gaget a vécu un calvaire conjugal, au masculin. Cet informaticien de 37 ans a sorti le 12 février le livre-témoignage Ma compagne, mon bourreau (aux éditions Michalon), qui raconte son histoire tragique avec celle qu'il a rebaptisée Nadia, pour briser le tabou des hommes battus. Cette relation d'un an, destructrice, avait commencé sur Internet. À leur première rencontre, il voit "Mike Tyson avec une perruque", raconte-t-il au Figaro Madame. Mais se sent irrémédiablement attiré. Très vite, il vient emménager chez elle à Paris, avec ses deux enfants à elle. "Le premier soir de son arrivée, alors qu'ils viennent de se coucher, Nadia lui saute dessus. Les enfants sont juste à côté", raconte Le Figaro Madame. Une lame de couteau brûlante sur le bras Bientôt, Nadia accapare sa carte bleue, ses papiers d'identité, son ordinateur. "L'agresseur a suivi les mêmes étapes que dans les cas de femmes battues : séduction, chantage, possession des moyens et isolement social", analyse-t-il aujourd'hui. Le 31 décembre 2007, Nadia bascule et le couvre de claques. Il ne répond pas, et espère un incident sans suite. "Mais le miracle ne s'est jamais produit." Elle le coupe du monde extérieur, lui casse ses lunettes. Au plus mal, il perd son travail. Elle le fait dormir sur un tapis de sol avec un blouson pour couverture, le prive de douche et de toilettes, lui fait prendre une douche...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant