Lycéennes enlevées au Nigeria : le coup de gueule de 53 personnalités

le
1
Les comédiennes Elsa Zylberstein, Saida Jawad, ainsi que l'ex-première dame Valerie Trierweiler et la réalisatrice Yamina Benguigui ont signé la tribune Leur crime : être fille et aller à l'école.
Les comédiennes Elsa Zylberstein, Saida Jawad, ainsi que l'ex-première dame Valerie Trierweiler et la réalisatrice Yamina Benguigui ont signé la tribune Leur crime : être fille et aller à l'école.

Carla Bruni Sarkozy, Valérie Trierweiler, Isabelle Adjani, Tahar Ben Jelloun, Jonathan Littell, Yamina Benguigui... Ils sont nombreux à se soulever contre Boko Haram et l'enlèvement par le groupe islamiste de 276 lycéennes au mois d'avril. Pour dire une nouvelle fois leur indignation et dénoncer "la barbarie sans limite du mouvement criminel", ces acteurs, réalisateurs, journalistes, chanteurs signent dans Le Monde la tribune "Leur crime : être filles et aller à l'école".Le collectif de personnalités, qui rappelle que "cette horreur nous concerne tous", s'interroge notamment sur l'action du sommet organisé à l'Élysée le 17 mai par François Hollande avec les présidents nigérian, tchadien, camerounais, nigérien et béninois. "Cette réunion date à présent d'un mois et aujourd'hui cela fait deux longs mois de calvaire pour les filles", écrivent-ils dans le document publié par le quotidien avant de se demander "à quoi servent les Nations Unies, les Etats démocratiques, à quoi servent les découvertes scientifiques, les progrès technologiques, les moyens de communication les plus sophistiqués si rien ne peut être fait pour empêcher un salaud de disposer de 223 jeunes filles, de les violer, les martyriser, les brûler et les vendre comme du bétail qui ne sert plus ?".L'ONU doit agirLes signataires de la tribune précisent que les simples protestations ne suffisent plus - "crier, dénoncer, hurler, manifester sont des gestes que...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • cavalair le samedi 14 juin 2014 à 01:34

    Valérie Trierweiler Pour avoir fait une pi//pe au President elle devient une personnalite. Povre republique