Lorsque le combat judiciaire devient une "guérilla"

le , mis à jour le
1
La magistrate Éliane Houlette, qui occupe le poste de procureur national financier, a porté une charge contre l'instrumentalisation des procédures pénales.
La magistrate Éliane Houlette, qui occupe le poste de procureur national financier, a porté une charge contre l'instrumentalisation des procédures pénales.

C'est peu de dire que les avocats, lundi matin en ouverture du procès Cahuzac, ont peu goûté la charge d'Éliane Houlette contre « l'instrumentalisation des procédures pénales ». Un par un, tous se sont levés, tel un Jean Veil, avocat de l'ex-ministre du Budget, pour répondre au procureur national financier. Furieux d'être ainsi mis au ban de la loi, comme si exercer les droits de la défense revenait à tout faire pour que la vérité n'émerge jamais. « La colère n'est jamais ni bienséante ni bienvenue », a lancé Me Veil, avant de se rasseoir.

LIRE le compte rendu du premier jour de la reprise du procès Cahuzac : « Je n'ai plus grand-chose à perdre »

Les propos tenus par Eliane Houlette n'avaient pourtant rien d'une charge contre les avocats eux-mêmes. Le procureur a voulu signifier son ras-le-bol face à un dévoiement du droit, qui consiste pour certains avocats à contester chaque acte de la procédure, ne serait-ce que pour gagner du temps, et alors que le recours n'a aucune chance de prospérer. Le résultat sur les juridictions est catastrophique : des tribunaux encombrés, des magistrats fatigués et en sous-effectif, une justice incapable de rendre le droit dans des délais raisonnables.

Force est de constater que, dans de nombreuses affaires politico-financières de ces dernières années, celui qui maîtrise le tempo judiciaire...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • kurki il y a 3 mois

    Cette magistrate a tout à fait raison. En outre, les procédures judiciaires sont devenues trop complexes et trop imbriquées. Quant aux avocats des prévenus, on leur donne trop de pouvoirs face à la détresse des victimes. La profession d'avocat ne voit plus que les codicilles de droit et non le bon sens.