Londres et Paris veulent renforcer la collaboration à Calais

le
2
RENCONTRE ENTRE PARIS ET LONDRES SUR LES MIGRANTS
RENCONTRE ENTRE PARIS ET LONDRES SUR LES MIGRANTS

LONDRES (Reuters) - La ministre britannique de l'Intérieur, Amber Rudd, et son homologue français, Bernard Cazeneuve, ont convenus mardi de collaborer de "manière étroite" pour réduire la pression migratoire à Calais et répondre aux défis humanitaires.

La situation s'est tendue dans la "jungle" de Calais, qui a vu depuis juin un nouvel afflux de migrants, dont une grande partie cherche à rejoindre l'Angleterre.

Selon le ministère français de l'Intérieur, environ 7.000 migrants, dont 5.000 sans logement, sont regroupés au nord de la ville, dans la "jungle" dont la zone sud a été évacuée en février et mars. Les associations humanitaires évoquent, elles, le chiffre de 9.100 personnes.

Dans une déclaration commune, Amber Rudd et Bernard Cazeneuve disent s'être engagés à rehausser "le niveau de sécurité des ports et du tunnel" sous la Manche, soulignant que 100 millions d’euros ont déjà été débloqués par les autorités britanniques à ces fins.

"En outre, depuis un an les autorités françaises mettent à disposition jour et nuit 1.000 policiers et gendarmes afin de prévenir toute intrusion", écrivent-ils.

Les deux ministres disent également vouloir "répondre efficacement aux défis humanitaires à Calais".

"Depuis 2015, les autorités françaises ont pris en charge dans le cadre du Schéma national pour l’accueil des demandeurs d’asile plus de 2.000 demandeurs d’asile présents dans le Calaisis, ainsi que plus de 5.000 migrants dans des centres provisoires situés à travers la France", dit le texte.

MAINTIEN DES ACCORDS DU TOUQUET

Amber Rudd est notamment venue à Paris pour s'assurer du maintien des accords du Touquet, qui permettent à la Grande-Bretagne d'effectuer des contrôles frontaliers à Calais et de mieux maîtriser l'arrivée des migrants sur son territoire.

"Nous restons déterminés à travailler ensemble pour protéger notre frontière commune à Calais", avait déclaré le porte-parole d'Amber Rudd avant la rencontre avec Bernard Cazeneuve.

Cette réunion est intervenue quatre jours après que Nicolas Sarkozy, candidat à la primaire de droite pour l'élection présidentielle, a demandé l'ouverture d'un centre de traitement des demandes d'asile au Royaume uni.

Avant Nicolas Sarkozy, plusieurs personnalités de droite ont plaidé pour une dénonciation des accords du Touquet.

Des responsables français et britanniques, dont le Premier ministre David Cameron, avaient souligné qu'une sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne après le référendum du 23 juin pouvait remettre en cause ces accords.

Mais après la victoire du Brexit, François Hollande a dit que ces accords ne seraient pas remis en cause.

Outre la situation à Calais, Amber Rudd et Bernard Cazeneuve ont décidé de renforcer leur collaboration dans la lutte contre le terrorisme, notamment dans le domaine du renseignement.

"Une collaboration efficace entre le Royaume-Uni et la France est cruciale pour mieux lutter contre la menace commune du terrorisme et de l’extrémisme à laquelle nous sommes confrontés, ainsi que les défis actuels liés aux flux migratoires vers l’Europe", écrivent-ils.

(Elizabeth Piper, Laura Martin et Gérard Bon pour le service français, édité par Emmanuel Jarry)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • dbourge4 il y a 6 mois

    Cazeneuve va encore de faire traiter comme un grand naïf. Les anglais ne prennent pas de mesures pour décourager l'immigration ? Qu'ils assument et se débrouillent chez eux. Les accords du Touquet doivent être dénoncés. Qu'on arrête de recueillir des réfugiés sur les bateaux avec les organismes dits humanitaires qui ne font qu'être complices de l'immigration clandestine qui alimente la jungle de Calais.

  • lorant21 il y a 6 mois

    il est debout?