Loi travail : après la CGT, Hollande face à Jospin ?

le
1
 François Hollande devra aussi compter avec un obstacle ultime : le Conseil constitutionnel où siège Lionel Jospin.
 François Hollande devra aussi compter avec un obstacle ultime : le Conseil constitutionnel où siège Lionel Jospin.

François Hollande a réuni son « conseil de guerre », comme chaque semaine lors du dîner de la majorité. La tactique mise en place pour sortir du conflit est assez classique : laisser s'épuiser le mouvement en réarmant au maximum les stations-service et surtout, isoler la CGT en la coupant de son alliée, Force ouvrière. La formule « ce ne peut pas être une centrale syndicale qui fasse la loi » a été mise au point dans ce cénacle et déclinée ensuite par Jean-Christophe Cambadélis, puis Manuel Valls devant l'Assemblée nationale. Derrière cette attitude de fermeté, le dialogue continue avec FO, notamment sur le principal point de blocage : l'article 2 de la loi qui pose le principe de la primauté de l'accord d'entreprise en matière de durée du travail sur l'accord de branche. Si bien qu'un accord d'entreprise pourra fixer un taux de majoration des heures supplémentaires moins favorable.

Problème : Bruno Le Roux, qui assistait à ce dîner, a vendu la mèche ! Le président du groupe PS à l'Assemblée nationale dévoile trop tôt la stratégie de sortie de crise en expliquant qu'une évolution de l'article 2 est possible... « Il s'est emmêlé  les pinceaux », peste l'un des participants du dîner autour du chef de l'État. Michel Sapin commet la même faute de carre et reçoit, en retour, une volée de bois vert de Manuel Valls.

Lionel Jospin, l'iceberg de la loi travail...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • frk987 il y a 11 mois

    Vous n'en n'avez pas raz le bol de ces vieillards qui ont une vision de 1950 ??????????????