Loi Macron : quand François Hollande dénonçait le 49-3 !

le
1
Le projet de loi d'Emmanuel Macron a mis la majorité à feu et à sang.
Le projet de loi d'Emmanuel Macron a mis la majorité à feu et à sang.

RETROUVEZ minute par minute la folle journée de mardi à l'Assemblée avant que l'Élysée ne prenne la décision de faire appel à l'article 49-3 pour faire passer la loi Macron.16 h 32. Selon l'Élysée, c'est à la suite d'un entretien téléphonique entre le président et son Premier ministre que le recours au 49-3 a été décidé. Une décision qui a dû coûter au président. Lors de la dernière utilisation de cet article, en 2006 par Dominique de Villepin qui souhaitait faire passer le contrat première embauche, celui qui était alors premier secrétaire du PS avait dénoncé la manoeuvre. "Malgré ce passage en force, nous poursuivrons le débat parlementaire, déclarait alors François Hollande. Le 49-3 est une brutalité, le 49-3 est un déni de démocratie, le 49-3 est une manière de freiner ou d'empêcher le débat parlementaire." 16 h 27. Manuel Valls annonce qu'il engage la responsabilité de son gouvernement. "Je ne prendrai aucun risque", explique Manuel Valls aux députés. "Une majorité existait, mais était incertaine", a déclaré le Premier ministre, sous les huées de la droite. Le débat à l'Assemblée a donc été suspendu par Claude Bartolone dans l'attente d'une motion de censure, d'ores et déjà annoncée par Christian Jacob, chef des députés UMP.

"Valls n'aime pas jouer à pile ou face", avait confié un peu plus tôt un membre du gouvernement. Il "ne veut pas prendre le risque de la roulette russe",...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • patr.fav le mardi 17 fév 2015 à 15:46

    vive la révolution !!!!!!!