Loi Macron : le bruit de la fronde ne porte plus

le
0
Le ministre de l'Économie Emmanuel Macron a revu sa méthode et discuté de sa loi avec les frondeurs en commission spéciale.
Le ministre de l'Économie Emmanuel Macron a revu sa méthode et discuté de sa loi avec les frondeurs en commission spéciale.

Ils se battent encore, mais peinent à se faire entendre. Les frondeurs ont publié lundi une plateforme comportant des réformes structurelles nécessaires, mais absentes de la loi Macron, révèle Les Échos. Ils ont également signé avec d'autres députés qui ne sont pas tous de la même sensibilité politique qu'eux des amendements au projet gouvernemental. Mais après les tragédies et l'union nationale du 11 janvier, le bruit des contestations internes à la gauche ne porte plus. Alors que le texte porté par le ministre de l'Économie Emmanuel Macron est actuellement discuté à l'Assemblée nationale, Delphine Batho, Benoît Hamon et Aurélie Filippetti, trois anciens ministres remerciés qui devaient incarner le leadership d'une dissidence qui en manque cruellement, restent discrets. "Le climat post 11 janvier a étouffé le bruit des polémiques"Certes, l'aile gauche du Parti socialiste est remobilisée par la victoire en Grèce de Syriza, le parti d'extrême gauche qui veut annuler la dette grecque et en finir avec l'austérité imposée par Bruxelles. Mais après le 11 janvier, les polémiques sur le nombre de dimanches ouvrés qui seront à la discrétion du maire paraissent presque dérisoires.Pouria Amirshahi, un des députés frondeurs de l'aile gauche du PS, reconnaît "que le climat post 11 janvier a étouffé le bruit des polémiques internes à la gauche". Mais pour lui, la fronde est "loin d'être finie". "Les raisons profondes de nos...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant