Loi El Khomri : "Les partenaires sociaux ont refusé la négociation"

le
0
Philippe Martinez, secrétaire général du syndicat CGT, face à Myriam El Khomri, ministre du Travail, Manuel Valls, Premier ministre, Emmanuel Macron, ministre de l'Économie.
Philippe Martinez, secrétaire général du syndicat CGT, face à Myriam El Khomri, ministre du Travail, Manuel Valls, Premier ministre, Emmanuel Macron, ministre de l'Économie.

Ils avaient réussi à faire passer l'idée que le gouvernement était passé en force. Qu'il n'avait pas vraiment négocié avec les syndicats de salariés pour écrire la première version de la loi El Khomri. Dans un communiqué commun publié le 24 février, la CFDT, la CFE-CGC, la CGT, la FSU, Solidaires, l'Unsa, l'Unef, l'UNL, la Fidl dénonçaient un projet de loi « élaboré sans réelle concertation ». Le 29 février, le secrétaire général de la CFDT renchérissait : « J'ai découvert l'avant-projet de loi dans les colonnes du Parisien, cela pose un souci ! Je n'appelle pas ça une concertation. »

Interpellée mardi par le représentant du groupe Les Républicains de la commission des Affaires sociales lors de la présentation de son projet de loi aux députés, la ministre du Travail, Myriam El Khomri, a démenti cette version des faits. « Le 16 septembre, j'ai adressé une lettre à tous les partenaires sociaux pour les inviter à négocier, ils n'ont pas souhaité le faire et le gouvernement a donc repris la main », a-t-elle fait valoir. Une lettre qui existe bel et bien : Le Point.fr se l'est procurée. « Fidèle à la méthode du gouvernement depuis un peu plus de trois ans (...), je vous propose que nous nous rencontrions à partir de la fin du mois de septembre pour échanger sur les thèmes et propositions abordés dans ce rapport afin que je puisse entendre vos propositions, désaccords, observations », écrit la...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant