Logements vieillissants : les artisans plus ambitieux que l'État

le
3

Suite à l’annonce du plan national d’adaptation des logements dévoilé par le gouvernement, les professionnels de l’artisanat ont formulé des recommandations pour le rendre plus solide.

La Confédération de l’artisanat et des petites entreprises du bâtiment (Capeb) a formulé des recommandations pour un plan national d’adaptation des logements au vieillissement «ambitieux», lors d’une rencontre avec la secrétaire d’Etat chargée des personnes âgées et de l’autonomie Laurence Rossignol mardi.

La Capeb estime «insuffisamment ambitieux» le plan national d’adaptation des logements et propose notamment de réétudier et de rehausser l’objectif de 80.000 logements à adapter d’ici fin 2017, fixé en décembre dernier par la loi relative à l’adaptation de la société au vieillissement, précise-t-elle mercredi dans un communiqué. Les artisans du bâtiment ont également plaidé pour l’éligibilité au crédit d’impôt des équipements liés à la domotique et pour une TVA à taux réduit pour les travaux d’accessibilité, «de la même manière que pour les travaux de rénovation énergétique».

Créer une plateforme d’aide aux particuliers

Le président de la Capeb Patrick Liébus a pour sa part défendu la mise en place d’une plateforme d’accompagnement unique pour aider les particuliers et les guider dans leurs démarches. Pour créer cette instance, il faudrait s’inspirer du Plan de rénovation énergétique de l’habitat (Numéro Vert unique, site internet dédié, points rénovation info services…). Second point capital à améliorer: les délais de réponse lorsque qu’un artisan fait appel à une Maison Départementale des Personnes Handicapées (MDPH), qui sont bien souvent très (trop!) longs.

Il a aussi incité les collectivités territoriales à «s’engager concrètement dans des opérations d’envergure adaptation des logements», et a recommandé le développement de «synergies» entre les travaux d’adaptation et de rénovation énergétique. Première nécessité pour cela: les accompagner et de les soutenir dans la mise en place de programmes locaux de rénovation de l’habitat, tout en maintenant un nombre suffisant de projets d’intérêt général (les PIG) sur cette même thématique pour garantir l’égalité des territoires.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M1961G il y a 10 mois

    il y'a de plus en plus d'incompétence dans ces métiers car pour la plupart , il sagit de faire du fric avant tout . combien de français se sont fait avoir dans le solaire . combien de français se feront avoir dans la rénovation énergétique . ne rien faire est un gage de sécurité et ça peu rapporter gros .

  • heimdal il y a 10 mois

    Un artisan honnête devrait fournir le temps d'amortissement réel du coût total de la rénovation énergétique par rapport au gain sur la facture d'énergie.Passé 10 ans ça n'a aucun intérêt .

  • M8404021 il y a 10 mois

    Et avec quel argent on fait tout ça? Celui que l'on a pas bien sûr!