Logement: la construction toujours en panne

le
1

Entre juin et août, les mises en chantier ont reculé de 11,3%, à 69.000 unités. À ce rythme-là, moins de 300.000 logements neufs seront construits en 2014 alors que le gouvernement en avait promis 500.000 par an.

Les dernières statistiques communiquées par le gouvernement le confirment: la construction de logements neufs continue à plonger. Entre juin et août, les mises en chantier ont encore reculé de 11,3%, à 69.000 unités. Sur les douze derniers mois, les mises en chantier dépassent péniblement les 300.000 unités (303.218). Et, aujourd'hui, tous les spécialistes s'accordent à penser qu'on construira moins de 300.000 logements neufs cette année.

Pour les pouvoirs publics, c'est très ennuyeux car cette faible activité du bâtiment a des conséquences néfastes pour l'économie française: selon l'Insee, elle coûte 0,4 point de croissance. Politiquement, c'est aussi un marqueur négatif: dans sa campagne présidentielle, François Hollande a martelé qu'il ferait construire 500.000 logements neufs par an. Une nouvelle fois, le président de la République est très loin de tenir ses objectifs.

Dans cet environnement morose, il y a néanmoins quelques raisons d'espérer. Pour la première fois depuis le premier trimestre 2013, le nombre de permis de construire a progressé sur un trimestre (entre juin et août). La hausse est de 3,9%, à 94.000 unités. Or les permis de construire accordés se transforment généralement en mises en chantier quelques mois plus tard.

Le prêt à taux zéro sera rouvert dans l'ancien

Sans attendre ce redémarrage, le gouvernement a poussé les feux pour relancer la construction. Le dispositif Duflot pour les investisseurs en immobilier locatif, rebaptisé Pinel, sera élargi à partir de janvier 2015. Les propriétaires pourront louer ce bien à leurs ascendants ou leurs descendants, ce qui n'était pas possible jusque là. Enfin, pour bénéficier de la réduction d'impôt, les investisseurs ne seront plus obligés de s'engager sur neuf ans. Il pourront conserver leur bien seulement six ans ou au contraire jusqu'à douze ans. Dans une interview aux Échos parue mardi matin, Sylvia Pinel, ministre du Logement, a précisé les ambitions du reformatage du dispositif: «Nous voulons passer de 35.000 à 50.000 investissements locatifs dans le neuf», affirme-t-elle.

Autre avancée significative: le PTZ+ (prêt à taux zéro) sera rouvert dans l'ancien à partir de l'année prochaine. Ceux qui achètent un bien dans le centre des communes rurales listées par décret pourront en bénéficier. «Il y aura environ 6.000 communes éligibles aux PTZ dans l'ancien», précise la ministre du Logement.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • lsleleu le mardi 30 sept 2014 à 13:19

    Merci DUFLOT !