Livre de Trierweiler : les passages sur Ségolène Royal censurés

le
2
Les éditions des Arènes ont tout simplement coupé à la relecture les passages compromettants concernant l'ex-épouse de François Hollande.
Les éditions des Arènes ont tout simplement coupé à la relecture les passages compromettants concernant l'ex-épouse de François Hollande.

D'aucuns se sont étonnés que Ségolène Royal soit assez peu représentée dans le brûlot de Valérie Trierweiler, Merci pour ce moment. En fait, ce n'est pas un hasard. Les éditions des Arènes ont tout simplement coupé à la relecture les passages compromettants concernant l'ex-épouse de François Hollande. Peur de propos diffamatoires, indique Le Nouvel Obs dans ses colonnes.

L'hebdomadaire indique que le patron des éditions des Arènes, Laurent Beccaria, mais aussi Ana Jarota, l'agent de l'ex-première dame, auraient en effet estimé que la première mouture de l'ouvrage était "trop dure" à l'encontre de l'actuelle ministre de l'Écologie. Si Valérie Trierweiler a été "incitée à développer les moments heureux partagés avec François Hollande", ce sont des "attaques à l'endroit de Ségolène Royal" qui ont été pointées du doigt, ont-ils tranché.

Vieux dossiers

Voilà pourquoi Ségolène Royal est relativement épargnée. Elle apparaît dans Merci pour ce moment dans un rôle édulcoré, l'auteur ayant dû se contenter de scènes factuelles déjà bien connues, parmi lesquelles la fameuse interview de Royal à la maternité de Saint-Mandé lors de la naissance de Flora, en 1992. Valérie Trierweiler, qui avait alors signé le reportage de son nom de jeune fille, Valérie Massonneau, était une amie du couple Hollande-Royal.

Source Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mlaure13 le lundi 15 sept 2014 à 17:30

    Toutes vérités ne sont peut-être pas bonnes à dire ???...:-)))

  • frk987 le samedi 13 sept 2014 à 10:26

    Liberté d'expression version 2014.....Sous l'Ancien Régime on pouvait tout écrire sauf dire que le Roi était un c.., on progresse......dans les libertés.