#LexiqueDeCorrectionnelle : sur Twitter, décryptez le double langage de la justice

le
0
Les avocats s'en donnent à coeur joie sur Twitter avec le hashtag #LexiqueDeCorrectionnelle.
Les avocats s'en donnent à coeur joie sur Twitter avec le hashtag #LexiqueDeCorrectionnelle.

Sur Twitter, avocats et magistrats dévoilent le sens caché de leurs phrases convenues, ressassées maintes fois dans les salles d'audience sous le mot clé #LexiqueDeCorrectionnelle. Mauvaise foi des prévenus et ruse d'avocats : morceaux choisis. "Mon client n'a aucune condamnation depuis trois ans" = il était en prison où il purgeait d'anciennes condamnations (@jugedadouche). "Vous me pensez assez stupide pour faire un truc pareil ?" = je le suis (@immateriellement). "Je n'ai rien fait et je m'excuse auprès des victimes" = j'ai bon, là ? Je ne vais pas aller en prison ? (@maître Pandavocat). "J'ai oublié d'amener mes fiches de paie" = Je n'ai pas de travail. (@maître Eolas). "La prison ne va rien résoudre pour mon client = il en sort tout juste, soyez sympa" (@jugedadouche). "Avec cette thèse, vous ferez jurisprudence, maître = allez raconter ça ailleurs (@Jan Nolf). "Alors que vous étiez sous le coup d'une mise à l'épreuve, vous avez... = déjà là, ton sursis va tomber" (@liberator). "Vous en avez pour combien de temps, maître ?" = soyez bref. On a faim (ou soif) (ou les deux) (@alexdepraz). "Sur ce point, je m'en rapporte à votre jurisprudence" = je ne sais pas si c'est légal ce que je viens de plaider (@karima Gomez) . "On pourrait dire bien des choses sur ce texte de loi = dommage que je ne sache pas rédiger une QPC" (@Enroute7). "Je demande un renvoi, car je voudrais que mon client soit là" = je n'ai pas lu le...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant