Les ventes de logements neufs baissent encore au troisième trimestre

le
0

VIDÉO - Les ventes de logements neufs ont plongé de 11,2%. En revanche, les prix restent stables. Les promoteurs s’alarment de la lenteur de la mise en œuvre des mesures de relance annoncées.

Les ventes de logements neufs n’en finissent pas de dégringoler. Au troisième trimestre, elles ont encore reculé de 11,2% sur un an, a indiqué la Fédération des promoteurs immobiliers (FPI). Il s’agit du huitième trimestre consécutif de chute. Au total, 20.291 logements neufs (appartements vendus au détail ou en bloc, résidences senior, de tourisme ou étudiantes) ont été commercialisés entre juillet et septembre, contre 22.847 lors de la même période de 2013. Fait récent, depuis le deuxième trimestre, les particuliers sont de moins en moins nombreux à acheter un appartement neuf pour l’occuper. Ces derniers ont représenté 55% des acquéreurs des appartements vendus au détail (8394 logements), un pourcentage en recul de 13% sur un an. Les promoteurs jugent cette baisse (essentiellement liée à la crise économique), «préoccupante», même si ces ventes sont «globalement stables en volume dans le temps». La part des ventes réalisées auprès des investisseurs, qui ont représenté jusqu’à 60% du total en 2010 et 2011, est elle retombée à environ 40% depuis 2013, note la FPI.

En parallèle les mises en vente de logements neufs par les promoteurs, qui «ne cessent de se réduire depuis 2012», ont chuté de 17,4% par rapport au troisième trimestre 2013 (16.225 unités vendues contre 19.644 au troisième trimestre 2013). Au total, sur les neuf premiers mois de l’année, les mises en vente de logements neufs ont reculé de 14,1% (60.607 unités). «Si cette tendance se poursuit au quatrième trimestre, nous aurons vendu 71.000 logements en 2014, contre 110.000 en 2011. Cela représente une perte de 60 000 emplois dans toute la filière», avance François Payelle, président de la Fédération de la FPI.

Moins de 300.000 logements vendus cette année?

Les mises en chantier de nouveaux logements sont aussi en forte baisse (-11,7% par rapport au troisième trimestre 2013). Afin d’éviter de gonfler les stocks d’immeubles achevés invendus, les promoteurs ne lancent pas de nouveaux programmes. Ils parviennent à limiter les stocks à 90.000 logements mis en vente. En revanche, malgré cette atonie, les pris de vente des logements neufs restent stables depuis 18 mois (3636 euros le m2 en moyenne en province et 4648 euros le m2 en Île-de-France). «Au final, moins de 300.000 logements neufs pourraient mis en chantier cette année, alors que la production avait dépassé 420.000 en 2011», se désole François Payelle.

La FPI s’alarme de la lenteur de la mise en œuvre des mesures de relance annoncées fin août par Manuel Valls. «Les mesures de relance allaient dans le bon sens mais rien ou presque ne s’est concrétisé depuis», pointe François Payelle. «Les retards s’accumulent et minent la confiance des particuliers et des entreprises», ajoute-t-il. Après l’annonce fin août de la révision du dispositif Duflot rebaptisé pour l’occasion Pinel, les investisseurs particuliers ont été nombreux à se presser dans les bureaux de vente. Cependant, ces derniers ont préféré attendre que la loi qui est entrée en application le 1er octobre, soit définitivement votée en fin d’année dans le cadre du projet de loi de finances pour 2015.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant