Les trafics d'oeuvres d'art font éternuer les paradis fiscaux

le
0
Yves Bouvier sponsorisait à hauteur de 150 millions d'euros le projet R4, un pôle d'art qui devait être construit sur l'île Seguin, en région parisienne (photo).
Yves Bouvier sponsorisait à hauteur de 150 millions d'euros le projet R4, un pôle d'art qui devait être construit sur l'île Seguin, en région parisienne (photo).

La descente aux enfers du Genevois Yves Bouvier, patron de la société Natural Le Coultre, continue. C'est d'abord la justice monégasque, habituellement peu tatillonne, qui l'arrête le 25 février. Après soixante-douze heures de garde à vue, le principal utilisateur des ports francs de Genève, fondateur de ceux de Luxembourg et de Singapour, est mis en examen pour "escroqueries" et "complicité de blanchiment". Il est soupçonné d'avoir surfacturé des oeuvres d'art vendues au milliardaire russe Dmitri Rybolovlev, pour un préjudice de plusieurs dizaines de millions d'euros. Lire aussi Les ports francs de Genève, l'autre coffre-fort suisse Ensuite, la justice suisse n'a pas tergiversé pour répondre aux commissions rogatoires des Monégasques, perquisitionnant les ports francs et entrepôts de Genève le 11 mars, ainsi que les locaux de Natural Le Coultre et de la galerie Nelombos, propriété de Jean-Marc Peretti, comme l'a révélé Le Point.fr. Jean-Marc Peretti, associé à Yves Bouvier dans le port franc de Luxembourg, a la réputation d'être "lié au grand banditisme corso-parisien". Il a notamment été directeur des jeux du Cercle de l'industrie et du commerce à Paris, aujourd'hui fermé. Lire aussi Rififi dans le petit monde de l'art genevois Gel mondial des avoirs d'Yves Bouvier La troisième tuile risque d'assommer encore davantage Yves Bouvier (dont la fortune est estimée entre 300 et 400 millions de francs suisses)....

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant