Les techniques de François Hollande pour éviter de répondre à la presse

le
4
François Hollande lors de sa conférence de presse du 5 février 2015.
François Hollande lors de sa conférence de presse du 5 février 2015.

Attaques, embrouilles sémantiques, ni oui ni non, petites blagues... Le président est devenu maître dans l'art d'éviter les questions qui fâchent. Le Point.fr a recensé ses techniques utilisées pendant la cinquième conférence de presse du quinquennat, jeudi matin. Le scud Interrogé sur la possibilité de mettre en oeuvre de la discrimination positive dans certains quartiers défavorisés, le président a répondu par un "scud" à destination du journaliste : "La France aime les débats qui ne servent à rien." Avant de déplorer que les mots "positifs" et "négatifs" soient mis à toutes les sauces lexicales : "Il n'y a pas de fraternité positive et de fraternité négative ! L'essentiel, c'est l'égalité." Une déclaration que Lorie et Raffarin, adeptes de la "positive attitude", devraient apprécier. Le ni oui ni non ou l'art de la synthèse hollandaise Lors de la conférence, François Hollande a été interrogé sur sa vision de la politique économique européenne. Se situe-t-il plus dans le camp de la gauche grecque ou de l'orthodoxie allemande ? "Je ne fais pas une Europe de gauche - elle serait trop étroite -, mais je ne veux pas une Europe de droite. Je fais l'Europe", a-t-il expliqué. Heureusement que les journalistes ne lui ont pas demandé de refaire le monde... La réponse sémantique Après les attentats, une polémique avait éclaté : le gouvernement avait été accusé de masquer le nombre réel d'incidents...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M8252219 le vendredi 6 fév 2015 à 10:06

    La fraternité n'existe pas sans égalité: Suppression des statuts spéciaux. pour les élus plafonnement et fiscalisation de tous leurs revenus, comme tous les Français.

  • M1084720 le vendredi 6 fév 2015 à 08:55

    C'est triste pour notre pays tout cela, une sorte de nouvelle Régence, une opposition nulle... et pas de projet autre que celui de musée.

  • frk987 le jeudi 5 fév 2015 à 17:24

    Avec sa teinture sur les tifs, la cravate de travers et le costume usé jusqu'à la corde on dirait un président du tiers monde, remarquez que vu ce qu''il déclare, il est dans le ton de la nullité absolue.

  • pichou59 le jeudi 5 fév 2015 à 17:21

    Hollande a confirmé qu'il n'engagerait des réformes des institutions "que si elles sont consensuelles". une manière de dire qu'il n'y aura RIEN